Bilan

Uber Eats se déploie sur l’arc lémanique

Uber Eats, le service de livraison qui a suscité lors de son arrivée, en novembre dernier, de multiples débats à Genève débarque cette fois-ci dans les rues de Lausanne.

Les fameux «livreurs en deux roues» traiteront les commandes de 11h00 à 23h00 en semaine et de 11h00 à minuit le week-end.

Crédits: Uber Eats

Les détracteurs de Uber Eats ne sont pas au bout de leur peine. Six mois seulement après ses débuts au bout du lac, l’application de livraison de repas prend ses quartiers à Lausanne. Les habitants de la capitale vaudoise verront dès aujourd’hui circuler les fameux «livreurs en deux roues» de 11h00 à 23h00 en semaine et de 11h00 à minuit le week-end.

Le succès genevois

Déjà présent dans plus de 350 villes et une trentaine de pays, c’est à Genève que le géant américain a fait ses débuts en terres helvétiques en novembre dernier. «Nous sommes très heureux des débuts prometteurs d'Uber Eats en Suisse, constate Kamilla Lambotte, responsable de la branche suisse et belge de la filiale. Il est intéressant de constater qu’au-delà des commandes du midi et du soir, nous observons une croissance rapide de la demande en dehors des horaires traditionnels de repas, notamment le matin ou tard le soir.»

Genève: pari réussi, mais pas totalement dû au hasard. «Nous souhaitions avoir une porte d’entrée non seulement sur la Romandie mais également sur la France voisine, indique le service de presse d’Uber Eats. C’est pourquoi, cette ville de départ était toute désignée.» Avant d’ajouter, «maintenant que nous pouvons nous reposer sur une équipe locale et un succès genevois grandissant, nous pouvons nous étendre.»

Des envies d’ailleurs

En effet, la société ne compte pas s’arrêter là et parle d’ores et déjà de s’implanter dans d’autres villes suisses. «Nous constatons un énorme intérêt pour notre service dans le pays et nous sommes déjà en train d'étendre notre équipe pour proposer au cours de cette année Uber Eats dans la partie suisse alémanique.»

Fort de 150 partenaires de restauration à Genève et 50 sur Lausanne, Uber Eats voit grand. L’entreprise toujours discrète sur ses résultats, est actuellement en cours de discussion pour agrandir son réseau et élargir sa clientèle. Pour ses débuts lausannois, la Brasserie du Château, le Papillon ou les traditionnels Holly Cow, Mc Donald et Sushi Shop seront à ses côtés.

Proposant une nouvelle fois des offres de lancement à en faire frémir ses concurrents, Uber Eats va, comme à Genève quelques mois auparavant, ravir les partisans de l’uberisation mais risque de contrarier ceux qui jugent ce business déloyal. Une chose est sûre, l’empire s’étend et n’est pas près de s’arrêter en si bon chemin.

Mullerjulieweb
Julie Müller

Journaliste

Lui écrire

Du Chili à la Corée du Sud, en passant par Neuchâtel pour effectuer ses deux ans de Master en journalisme, Julie Müller dépose à présent ses valises à Genève pour travailler auprès de Bilan. Quand cette férue de voyages ne parcourt pas le monde, elle se débrouille pour dégoter des mandats dans les rédactions de Suisse romande. Tribune de Genève, 24 Heures, L'Agefi, 20minutes ou encore Le Temps lui ont déjà ouvert leurs portes. Formée à tous types de médias elle tente peu à peu de se spécialiser dans la presse écrite économique.

Du même auteur:

Malgré les turbulences, les agences de voyage gardent le cap
Bouche à oreille, le laissé pour compte du marketing

Bilan vous recommande sur le même sujet

Les derniers Articles Vin & Gastronomie

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."