Bilan

Trop bon pour gaspiller

La semaine européenne du développement durable a commencé ce jeudi 30 mai. Les initiatives pour sauver la planète se multiplient, et la startup Too Good to Go ne fait pas exception.

Encore beaucoup de déchets terminent dans la poubelle.

Crédits: DR

Le gaspillage alimentaire est connu pour être le troisième plus gros pollueur au monde. Autant les ménages que les restaurants ont parfois tendance à jeter des aliments pourtant comestibles. Pour lutter contre cela, Too Good To Go a décidé de planter un arbre pour 100 repas sauvés. L’application a un principe simple : les restaurants et bistros annoncent les invendus sur la plateforme, et des acheteurs peuvent venir chercher les lots à un prix réduit.

Campagne à travers la Suisse

La startup a lancé sa campagne ce jeudi. 133 écran d’affichage numériques posent la question : «Qui est le troisième plus grand pollueur au monde ?». Too Good To Go s’est également armé de partenaires et d‘influenceurs pour partager le visuel. L’opération est importante pour la fondatrice de l’antenne suisse de l’application. «Nous ne voulons pas seulement sauver des repas, nous voulons sensibiliser le grand public et faire comprendre à tout le monde: les déchets alimentaires ont un impact sur notre climat – et nous pouvons faire quelque chose pour y remédier» affirme Lucie Rein dans un communiqué.

Economiser le CO2

Too Good To Go dénonce les nombreuses étapes que les aliments traversent. De la récolte à la distribution, il y a un long processus. Processus qui nécessite notamment de l’eau, du transport, de l’énergie et des produits chimiques. Pour contrer cela, l’idée de planter des arbres pour les repas sauvés est née. La startup affirme qu’un repas sauvé correspond à 2,5 kilos de CO2 économisés, et un arbre planté correspond selon elle à 254 kilos de CO2.

Pour mener à bien ce projet, l’application d’origine danoise s’est alliée à Pur Project. L’entreprise a planté en tout plus de 11 millions d’arbres à travers ses différents projets.

Too Good To Go n’avance pas de chiffres précis quant à son objectif, mais sachant qu’un arbre sera planté chaque 100 repas, une petite forêt se dessinera rapidement. Environ 2000 repas sont sauvés chaque jour en Suisse, à travers les différents partenaires locaux de l’application. Des centres urbains comme Genève, Zurich et Lausanne disposent de l’application depuis longtemps, mais de nouvelles villes rejoignent régulièrement l'initiative.

Garciarebecca1
Rebecca Garcia

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

Du même auteur:

A chaque série Netflix son arôme de cannabis
Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."