Bilan

Sébastien Erbeia: de restaurateur à brasseur

Aux côtés de ses deux frères, l’ancien patron du Cheval Blanc à Vandoeuvres se lance dans l’univers des boissons avec sa nouvelle marque Twenty Six Switzerland.

Crédits: © Twenty Six Switzerland

Sébastien Erbeia a le cœur léger; exit le coup de feu derrière les fourneaux, bonjour la confection de boissons artisanales. Après avoir cédé le fonds de commerce de son établissement au groupe M3, l’entrepreneur quitte le monde de la restauration après deux décennies de bons et loyaux services. Entrepreneur dans l’âme depuis toujours, il s’associe avec ses deux frères dans cette nouvelle aventure professionnelle. 

En catimini, l’idée bouillonnait depuis longtemps de créer parallèlement une marque de boisson identitaire autour des 26 cantons suisses: «De la bière aux thés glacés en passant par la limonade ou les eaux pétillantes alcoolisées, notre objectif est de fédérer une communauté autour de 26 emblèmes suisses». La marque Twenty Six Switzerland voit le jour en septembre 2020, en plein cœur de la tourmente liée au Covid-19.

Twenty Six Switzerland
© Twenty Six Switzerland

Générateur de marques

«De près ou de loin, je voulais absolument rester dans le secteur des métiers de bouche mais surtout ne plus dépendre d’un lieu fixe»: Après des discussions familiales, les trois frères se lancent dans cette nouvelle aventure d’une voix commune, tout en ayant chacun un rôle bien établi. Marc-Alexandre est ingénieur en microtechnique de formation, Mathieu est le brasseur de la famille, et Sébastien endosse la responsabilité de toute la partie commerciale. Et à eux trois, ils construisent en quelques mois une usine aux portes du Valais. «Nous n’avons pas investi dans un outil 100% destiné à la bière. N’importe qui peut venir nous voir et créer sa propre boisson. L’idée est d’être un incubateur et un générateur de marques. Les combinaisons sont infinies mais notre objectif principal est de faire évoluer nos propres marques», rappelle Sébastien Erbeia.

Twenty Six Switzerland
© Twenty Six Switzerland

Une prouesse technologique dans un marché en pleine mutation. L’usine de Monthey (VS) a aujourd’hui la capacité de produire plus de 4000 hectolitres de bière par année et davantage en ce qui concerne les boissons sans alcool. Arrivage des matières premières, moulin automatisé, salle de brassage de 30 hectolitres, traitement de l’eau par osmose inverse, neuf fermenteurs, une salle entièrement réservée à la préparation des sirops, une embouteilleuse, une machine dédiée à la mise en canette… chez les Erbeia, rien n’est laissé au hasard!

Pour la bière, la ligne directrice est claire: pas d’approche élitiste et compliquée mais une démarche aromatique abordable et variée. L’american pale-ale est amère avec des saveurs d’écorce de mandarine, la blanche possède des notes iodées qui se marierait à merveille avec une truite fumée, la bière brune est légère et rappelle le pruneau confit et le réglisse, et l’ambrée poivrée s’associe à merveille avec des grillades autour d’un barbecue ou un bon fromage.


Dans un monde idéal, quel est ta répartition de produit en matière de vente?

Sébastien Erbeia: Je pense atteindre une production répartie entre 60% de bière et 40% de boissons non-alcoolisées. La grande interrogation demeure autour des boissons pétillantes alcoolisées. Nous avons les outils et les recettes pour les produire mais c’est encore difficile de pouvoir faire des estimations à ce stade.

La restauration te manque-t-elle?

Je reste un amoureux de la restauration. C’est ce que j’ai dans le cœur et les tripes mais pour l’instant, je suis très heureux de participer à cette aventure aux côtés de mes frères.

Amoiel Edouard2
Edouard Amoiel

Chroniqueur culinaire

Lui écrire

Petit-fils de restaurateur, fils de marchand de vins, diplômé de l’Ecole Hôtelière de Lausanne, chroniqueur culinaire pour le journal Le Temps et pour mon site Amoiel.ch, épicurien, aussi gourmand que gourmet, hédoniste, poète… l’idée d’écrire sur la gastronomie m’est apparue comme une évidence.

Ma démarche est avant tout de mettre en valeur et de faire découvrir des chefs, des restaurateurs, des producteurs et des créateurs. qui se donnent corps et âme à leur métier.

Alors, rejoignez-moi dans cette aventure culinaire truffée de gourmandises, de surprises et de plaisirs.

Du même auteur:

Les réseaux sociaux boostent les restos
Guide toujours

Les derniers Articles Vin & Gastronomie

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."