Bilan

Nouveau record mondial aux enchères de Baghera/wines

Vendu 216'000 francs dimanche après-midi à Genève, un mathusalem de Romanée-Conti 1979 a encore repoussé les limites de prix habituelles.

Une clientèle suisse, européenne et asiatique était présente au rendez-vous.

Crédits: Vincent Gelly

Une fois de plus, le leader européen des enchères de vins rares, Baghera/wines, a fait honneur à sa réputation. La maison genevoise qui nous a habitué à des ventes exceptionnelles comme celle estimée «la plus importante jamais réalisée (34,5 millions de francs)» ou encore celle des dernières bouteilles en provenance du Domaine René Engel, a frappé fort pour cette première vente en salle 2020.

Ce dimanche 1er mars, dans les salons de l’hôtel Beau-Rivage, à Genève, une collection particulièrement unique de 1892 flacons était présentée. Cet ensemble de grands crus et de grands formats appartenant à un collectionneur d’art et de vin a notamment mis une trentaine d’années pour être constitué.

Une bouteille d’exception

Crédits: Beghara/wines

Parmi ces milliers de Bourgogne et de Bordeaux, des pépites ont attiré l’attention des spécialistes. A l’image des millésimes de qualité tels qu’un Château Haut-Brion de 1982 ou un Château Lafite-Rothschild de 1961 mais plus encore, avec un mathusalem (6 litres) de Romanée-Conti 1979, introuvable sur le marché. En effet, ce dernier a battu un nouveau record mondial avec son adjudication à 216'000 francs.

«C’est l’une des plus belles caves qu’il m’a été donné de voir», a annoncé Michel Ganne, directeur de Baghera/wines. Une collection composée de 13 mathusalems, 55 double-magnums, 614 magnums et bien plus encore. Conservé précautionneusement tout au long de ces années, cet héritage viticole avait donc un nom tout trouvé pour sa vente: «Origins».

Avec 91% des lots attribués, le tout pour 5,8 millions de francs, l’événement a témoigné d’un attrait qui ne faiblit pas pour les vins rares. «On a noté une mobilisation conséquente des acheteurs via les enchères en ligne. Ce qui a engendré une belle synergie avec la salle», souligne le directeur de Baghera/wines. Et ce, malgré un contexte particulier et chahuté en ces temps de coronavirus.

Beghara/wines évolue

Surfant sur cet intérêt mondialisé pour les grands crus difficiles d’accès, Baghera/wines a décidé d’étoffer son offre de services pour 2020. Ce printemps, la maison verra son site internet faire peau neuve afin de renforcer son développement et avant l'été, une boutique et un club s’installeront au rez-de-chaussée du Beau-Rivage Genève. Ceci afin de proposer entre autres: des masterclass, des dégustations privées, des dîners et des événements associant musique et vin.

Crédits: Beghara/wines
Mullerjulieweb
Julie Müller

Journaliste à Bilan

Lui écrire

Du Chili à la Corée du Sud, en passant par Neuchâtel pour effectuer ses deux ans de Master en journalisme, Julie Müller dépose à présent ses valises à Genève pour travailler auprès de Bilan. Quand cette férue de voyages ne parcourait pas le monde, elle décrochait des stages dans les rédactions de Suisse romande. Tribune de Genève, 24 Heures, L'Agefi, 20minutes ou encore Le Temps lui ont ainsi ouvert leurs portes. Formée à tous types de médias elle se spécialise actuellement dans la presse écrite économique.

Du même auteur:

Malgré les turbulences, les agences de voyage gardent le cap
Bouche à oreille, le laissé pour compte du marketing

Les derniers Articles Vin & Gastronomie

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."