Bilan

Les Grandes Tables de Suisse: place à la jeunesse

C’est au sein du restaurant Les Trois Tours à Bourguillon (FR) que Guy Ravet est officiellement devenu fin août le nouveau président des Grandes Tables de Suisse. Une émouvante passation de pouvoir intergénérationnelle.

Pierre-André Ayer et Guy Ravet, respectivement ancien et nouveau présidents des Grandes Tables de Suisse.

Crédits: DR

Depuis 1839, le restaurant Les Trois Tours trône fièrement au milieu des collines vallonnées surplombant la ville de Fribourg. Sous la houlette du chef Alain Bächler, ce restaurant, distingué d’une étoile au Guide Michelin et de 18 points au GaultMillau, allie avec brio tradition et modernité. C’est dans ce cadre élégant et discret que se tient la réunion des Grandes Tables de Suisse.

De Franck-Giovannini de l’Hôtel de Ville de Crissier à Dominique Gauthier du restaurant Le Chat-Botté de l’hôtel Beau-Rivage à Genève en passant par Marie Robert du Café Suisse à Bex, tout le gratin de la haute gastronomie helvétique a répondu présent. La cheffe étoilée se réjouit de la nomination de Guy Ravet au poste de président: «Je suis très heureuse de cette transmission de savoir. C’est une belle évolution de notre organisation et lors de notre conférence de presse, Guy Ravet m’a tout de suite convaincue».

Vent de Jeunesse

La mélodie des cors des Alpes invite les convives à prendre place et la réunion débute dans une ambiance solennelle et patriotique. Sous un tonnerre d’applaudissement, le président de l’association Pierre-André Ayer, alias «Pierrot», annonce son retrait de la présidence après sept années de bons et loyaux services. «Les premières années d’un mariage sont les plus difficiles. Après, ça coule de source», plaisante-t-il avec humour.

Le patron du Pérolles passe ainsi le flambeau au jeune mais néanmoins expérimenté Guy Ravet, chef du restaurant familial l’Ermitage à Vufflens-le-Château. Un vent de jeunesse, de dynamisme et de modernité à la tête de l’organisation, ce qui n’empêche pas le président sortant d’être ému pour l’occasion. Dans la discrétion la plus totale, le chef triplement étoilé Guy Savoy s’est déplacé de Paris pour célébrer la fin de la présidence de son ami Pierre-André. «Pierrot Ayer est un homme très attachant. Nous défendons la gourmandise et cela nous rapproche forcement», déclare le cuisinier français au micro de La Télé.

Après les remerciements d’usage, Guy Ravet prend à son tour la parole et présente les nouveaux membres qui ont rejoint le club très fermé des 45 tables et hôtels suisses triées sur le volet. «Cette saison, un bel élan a été donné aux tables suisses alémaniques», annonce le nouveau président. Alors que des cuchaules encore chaudes sortent du four et que le vin blanc coule à flot, le nouveau patron fraîchement élu répond à quelques questions.

Bilan: Que ressentez-vous devant vos nouvelles fonctions en tant que responsable des Grandes Tables de Suisse?

Guy Ravet: Je ressens énormément de bonheur. C’est une véritable fierté pour moi d’avoir la confiance et l’appui de nos membres.

Quelles sont les facteurs qui vous ont poussé à reprendre la présidence?

Diriger une association de 45 membres, représentant ce qui se fait de mieux dans la gastronomie helvétique, est un grand défi qui me motive particulièrement. 

Comment fait-on partie des Grandes Tables de Suisse? Quelles sont les critères de sélection?

Pour rentrer dans notre association, le restaurant doit être ouvert depuis au moins 2 ans. Il faut également être parrainé par deux membres des GTS. Ensuite, le comité se rassemble et discute de la candidature. Nous ne cherchons pas à engranger un maximum de membres, mais plutôt à privilégier ceux pouvant apporter quelque chose à notre association, par leur présence, leurs idées, etc… Le but premier est le partage et l’échange. 

Quel est le lien entre les Grandes Tables de Suisse et les Grandes Tables du Monde?

Il n’y a pas de lien direct, certains de nos membres font partie des deux associations. Nous sommes deux entités indépendantes…mais avec un grand nombre de valeurs communes.

Aucune nouvelle table genevoise, la ville de Calvin boude-t-elle l’organisation?

Il est vrai que cette année nous n’avons pas de nouveaux membres à Genève, mais nous sommes fiers d’avoir parmi nous trois établissements exceptionnels, ceux de Damien Coche et Philippe Chevrier, de Dominique Gauthier et de Michel Roth. Nous sommes certains qu’ils attireront bientôt de nouveaux candidats.

Avez-vous des objectifs à atteindre en ce qui concerne le nombre des nouveaux adhérents?

Aucun objectif sur un nombre précis, mon souhait est cependant de garder cette dynamique positive et aussi d’améliorer la représentation de la Suisse Allemande au sein de notre association. 

En temps de crise sanitaire, comment l’organisation soutient-elle ses membres? 

Nous avons beaucoup échangé entre membres et amis durant cette période difficile : réconfort, idées, conseils, expérience. C’est la force d’une association de pouvoir se serrer les coudes et s’entraider.

Quelles seront vos premières mesures en tant que nouveau président des Grandes Tables de Suisse?

Avec mon comité, nous sommes en train de travailler sur une refonte en douceur de notre communication et notre visuel, avec notamment un nouveau site Internet qui va nous permettre de mettre en avant nos actualités. Nous travaillons également sur un magazine biannuel, la première édition est prévue d’ici la fin de cette année.

Amoiel Edouard2
Edouard Amoiel

Chroniqueur culinaire

Lui écrire

Petit-fils de restaurateur, fils de marchand de vins, diplômé de l’Ecole Hôtelière de Lausanne, chroniqueur culinaire pour le journal Le Temps et pour mon site Crazy-4-Food, épicurien, aussi gourmand que gourmet, hédoniste, poète… l’idée d’écrire sur la gastronomie m’est apparue comme une évidence.

Ma démarche est avant tout de mettre en valeur et de faire découvrir des chefs, des restaurateurs, des producteurs et des créateurs. qui se donnent corps et âme à leur métier.

Alors, rejoignez-moi dans cette aventure culinaire truffée de gourmandises, de surprises et de plaisirs.

Du même auteur:

Les réseaux sociaux boostent les restos
Guide toujours

Les derniers Articles Vin & Gastronomie

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."