Bilan

L’amour à la première… gorgée

La dégustation de vin décomposée en trois étapes simples pour vous permettre d’aimer toujours davantage ce breuvage !
Crédits: @Natascia Popov - Pinterest

Le vin peut être complexe et déroutant lorsque l’on ne sait pas par quel côté l’aborder, mais il ne faut pas laisser ces difficultés nous repousser. Pour vous accompagner, voici les trois étapes de l’approche “de haut en bas” résumées pour vous : l’oeil, le nez et la bouche.

(N’hésitez pas à vous servir un verre de vin pour profiter pleinement de cette lecture)

L’oeil - Regarder

C’est la première étape, lorsque vous examinez le verre avant d’avoir encore goûté au vin. Ce n’est pas la plus importante et il n’est pas utile d’y passer trop de temps.

Elle vous permet néanmoins d’avoir une idée plus précise du millésime, du ou des cépages et du degré d’alcool dans le vin. Donc cette étape prend tout son sens lorsque vous goûtez “à l’aveugle”. Si vous connaissez déjà ces informations, n'y passer pas trop de temps et faites surtout attention à la couleur du vin, ses nuances, sa brillance et netteté.

Plus vous porterez d’attention à votre vin en général, plus vous l’apprécierez à sa juste valeur !

Le nez - Aérer & Sentir :

Sentez une première fois le vin, puis faites le circuler dans votre verre et remuant circulairement ce dernier. Vous remarquerez que son bouquet devient plus vibrant, plus vif et ses arômes plus faciles à identifier. Lorsque vous essayez de définir le bouquet du vin, ne tentez par immédiatement de trouver précisement quels arômes le composent, mais commencez par des éléments aromatiques plus larges, par exemple les catégories suivantes : Fruit, Terre, Bois et Autres décrites ci-dessous.

  • Fruit : Par exemple les agrumes, les fruit tropicaux dans les vins blancs et les fruits rouges dans les vins rouges.
  • Terre : Les odeurs de champignons, de feuilles d’automne, d’herbe coupée.
  • Bois : L’arôme de chêne issus du vieillissement en fût de.. chêne qui peut également transmettre des arômes de vanille, noix de coco et même des notes de café.
  • Autres : Comme tous les autres arômes qui amènent une impression de gêne lors de la dégustation. Il s’agit probablement de défauts du vin, par exemple le goût de bouchon, l’oxydation.  

Lorsque vous aurez déterminé de quelles catégories il s’agit, vous pourrez alors redescendre un peu vers les familles d’arômes (famille des agrumes, floraux, minéraux, etc.), puis enfin essayer de déterminer les arômes précisément.

N’oubliez pas que 90% du goût en général est formé par les arômes ! Donc prenez votre temps et sentez le vin, respirez-le en toute décontraction !

 Mind mapping des 3 principaux cépages blanc

 La bouche - Goûter et Savourer

Notre langue peut détecter les 4 saveurs : Sucré, salé, acide et amer.

  • Acidité - Tous les vins possèdent une certaine acidité, parce que tous les cépages et grains de raisin contiennent des acides. C’est en même temps ce qui va permettre de conserver la sensation de fraîcheur d’un vin pendant des années si vous le gardez en cave. Donc l’acidité est primordiale pour le vin. Concrètement, l’acidité sera l’élément qui vous fera saliver (au sens littéral).

  • Douceur – Vous ressentez la douceur dans un vin lorsqu’il contient ce que l’on appelle des sucres résiduels, c’est-à-dire lorsque la fermentation n’a pas transformé tous les sucres des raisins en alcool. La plupart des vins sont produits de telle façon qu’il n’en reste presque plus. Il faut également faire attention de ne pas confondre le fruit d’un vin (liés à ses arômes - le nez) et la douceur d’un vin (lié au contraire aux saveurs - la bouche).

  • Amertume - Certaines variété spécifiques sont connues pour leur amertume naturelle. Par exemple le Pinot Grigio. Ce cépage produit des vins qui peuvent être décrits comme légers, plaisants et possédant des arômes qui ressemblent à ceux des eaux toniques (schweppes). Les vins rouges peuvent également sembler amers à cause de leurs tanins et de leur haut degré d’alcool.

  • Fruit - Chaque variété possède une empreinte aromatique différente et spécifique. On retrouvera, par exemple pour la Syrah, des arômes : de framboise, groseille, myrtille, mûre, violette, poivre et réglisse notamment. Autre exemple, blanc cette fois-ci, le sauvignon blanc peut être décrit par le citron vert, citron, pamplemousse, zest d’orange, melon, sureau et groseille

Empreinte aromatique du Sauvignon blanc

  •  Texture - Notre langue peut presque “toucher” le vin et ainsi ressentir sa texture. Cette dernière dépend de plusieurs facteurs: le taux d’alcool par exemple. Un taux élevé nous donnera un sentiment de vin plus riche, plus lourd. Pour comprendre ce concept de richesse, pensez par exemple à la différence entre le lait et la crème. Le lait est plus léger que la crème, il est également moins riche. Les Tanins sont également une part importante de la texture pour les vins rouges. Par exemple, ils peuvent être asséchants : vous aurez alors la même sensation qu’en buvant un thé qui a été infusé trop longtemps, c'est-à-dire une sensation de bouche sèche lorsque la gorgée sera avalée.

En ce qui concerne le vocabulaire du vin, qui est toujours une barrière lorsque l’on n’a pas l’habitude de l’utiliser, voici quelques repères. Ces quelques mots et notions, qui bien qu’ils ne vous feront par remarquer par vos voisins de tables à un dîner, vous aideront, plus important, à comprendre de ce que vous buvez, goûtez et aimez!

  • “Charnu”, “qui a du corps” pour les vins avec beaucoup de tanins et d’alcool.

  • Ce vin est équilibré” - le vin est agréable à boire, rien ne perturbe la sensation de plaisir qu’il procure. Pas trop de tanins, acidité maîtrisée, alcool bien intégré.

  • “Je ressens “le terroir” de ce vin” – signifie que vous sentez l’influence du sol, du climat dans le verre de vin que vous goûtez.

  • Si le vin doit être aéré” - Probablement parce qu’il est jeune ou ne semble pas exprimer tout son potentiel, il faudra alors décanter le vin. Vous pouvez le faire sans carafe ou décanteur en remuant le vin dans votre verre quelques fois et le laisser reposer quelques minutes. Le vin sera ainsi légèrement “aéré” (remplis d’oxygène) et goûtera de manière sensiblement différente.

Prenez du plaisir

N’oubliez pas de simplement ressentir et profiter du vin que vous goûtez. Vous vous rappelez de la Madeleine de Proust ?

Enfant, la tante de Marcel, Léonie lui donnait de petites madeleines qu’il trempait dans son thé. Adulte, Proust réalisa au moment où il mangeait une madeleine de la même manière, que cela le ramenait instantanément et involontairement vers son enfance et le sentiment de plénitude qu’il éprouvait alors. C’est ce genre de moment que peut nous procurer le vin et que les plus assidus des amateurs recherchent avec obstination !

Aussi, le mieux est de se concentrer sur sa propre perception et lorsque vous goûtez un vin de penser à ce que le vin vous rappelle, de laisser votre mémoire travailler, tant émotionnellement que par les expériences gustatives et sensorielles que vous avez vécues. Cela peut-être la tarte aux pommes de votre grand-mère ou les odeurs de vos balades en bords de mer de votre enfance lorsque c’est agréable, mais également l’odeur de chien mouillé ou d'oeuf pourri pour le versant moins agréable.

La seule manière de s’en rendre compte est donc de vous laisser guider par votre subconscient lorsque vous goûtez un vin. Il vous donnera les clés que vous recherchez par association d’idées. Et puis, c’est tellement plus poétique !

 

Rédaction wiine.me

<p>Votre expert en vin</p>

Lui écrire

Wiine.me est un e-commerce de vin qui propose des abonnements pour faire découvrir 3 bouteilles, sélectionnées par une équipe de sommeliers, chez soi, chaque mois. Le vin, simplement.

Du même auteur:

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."