Bilan

Antoine Petrus: itinéraire d’un «nez» surdoué

L’ancien directeur général du groupe Taillevent à Paris, Antoine Petrus, reprend la direction générale des Maisons et Vignobles de Provence au cœur de Châteauneuf-du-Pape.

Crédits: © Virginie Ovessian

En pleine période de Covid-19, Antoine Petrus quitte le macadam parisien pour les terres viticoles du Vaucluse, la Mecque des cépages du grenache et de la syrah; c’est dans cet environnement qu’il pose ses valises. Exit les nappes blanches, les carafes en cristal et la cravate parfaitement nouée. Bonjour les cuves en inox flambant neuves, les pieds de vigne et les bottes en caoutchouc. Le prodige du monde du vin - doublement Meilleur Ouvrier de France - est heureux et sa passion demeure plus que jamais intacte.

En l’espace d’à peine quelques mois, il reprend les rênes d’un domaine viticole et apporte toute sa connaissance et son savoir-faire à un vignoble qu’il affectionne tant. Côté hôtellerie, il supervise la rénovation du restaurant La Mère Germaine, véritable institution gastronomique au cœur du village de Châteauneuf-du-Pape. L’établissement possède également six chambres et a obtenu une première étoile lors de la dernière cérémonie du Michelin. Un point de repère pour tout amoureux de cette région. Le train Petrus est en marche… embarquons!

Passion Région

C’est Isabelle Strasser, présidente de Maisons et Vignobles de Provence, qui réussit à convaincre Antoine Petrus de quitter la capitale française. Il est rapidement séduit par le projet. Alors que le mistral se lève, l’ex-sommelier part en ballade dans son nouveau terrain de jeu. Les parcelles orientées plein nord bénéficient d’un climat plus froid et la terre a la particularité d’être sableuse et argileuse. «Ces caractéristiques donnent des vins très doux, raffinés et élégants. Pour moi l’avenir est ici. Le grenache a cette particularité de pouvoir atteindre la maturation avec des degrés d’alcool confortables tout en gardant une immense finesse».

Antoine Petrus
© Virginie Ovessian

Et pourtant ces éloges n’ont pas toujours été apparentés aux breuvages de la région. Traditionnellement considérés comme des vins puissants, la réputation des vignobles de Châteauneuf-du-Pape n’est plus représentative de l’actualité. Au firmament de sa carrière, Antoine Petrus veut se rapprocher des terres de la Vallée du Rhône: «Pour moi, c’est un terroir qui est clivant dans le style, les goûts et les arômes. Le grenache côtoie aussi bien les parfums des fleurs que certaines épices».

La touche Petrus

En accord avec la propriétaire, Antoine Petrus revoit l’ensemble des installations viticoles et les remet au goût du jour. Fort de son expérience, il souhaite intervenir le moins possible dans le processus naturel de la vinification: «Au niveau de la vigne, mon objectif est d’écouter et comprendre le terroir afin de lui permettre de s’exprimer au mieux. Il faut que le vin soit en avant et l’homme dans son ombre». Les premières dégustations du millésime 2020 sont plus que prometteuses et expriment des notes de kirsch, de réglisse, de rose et même de fruits exotiques.


Quel est l’avenir du grenache?

Antoine Petrus : Le laisser prouver ce qu’il a en termes de légitimité et d’intervenir au minimum au niveau de la cave. Faire des vins qui sont davantage des vins d’infusion que des vins d’extraction.

Voulais-tu obtenir une étoile Michelin pour le restaurant La Mère Germaine?

Non! C’est le guide Michelin qui la donne, ce n’est pas le restaurateur qui la demande. Notre désir est que le lieu soit surtout cohérent avec son environnement et son terroir. Nous sommes bien entendu très heureux de cette distinction.

Que pouvons-nous te souhaiter pour 2021?

Au niveau du vin, un grand millésime. Au niveau du monde de la restauration, des réouvertures le plus tôt possible.

Amoiel Edouard2
Edouard Amoiel

Chroniqueur culinaire

Lui écrire

Petit-fils de restaurateur, fils de marchand de vins, diplômé de l’Ecole Hôtelière de Lausanne, chroniqueur culinaire pour le journal Le Temps et pour mon site Amoiel.ch, épicurien, aussi gourmand que gourmet, hédoniste, poète… l’idée d’écrire sur la gastronomie m’est apparue comme une évidence.

Ma démarche est avant tout de mettre en valeur et de faire découvrir des chefs, des restaurateurs, des producteurs et des créateurs. qui se donnent corps et âme à leur métier.

Alors, rejoignez-moi dans cette aventure culinaire truffée de gourmandises, de surprises et de plaisirs.

Du même auteur:

Les réseaux sociaux boostent les restos
Guide toujours

Les derniers Articles Vin & Gastronomie

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."