Bilan

A Talloires, gastronomie, lac & beauté

Avec un spa flambant neuf, l’Auberge du Père Bise de Magali et Jean Sulpice à Talloires, au bord du lac d'Annecy, continue d’écrire son histoire.

L'Auberge du Père Bise se situe au bord de l'eau azur du lac d'Annecy, dans la baie de Talloires.

Crédits: DR

Seul le bruit des canards qui cancanent vient troubler la paix qui règne sur la terrasse de l’Auberge du Père Bise en cette matinée de fin août. Malgré un soleil timide, les eaux bleu turquoise du lac d’Annecy invitent à l’évasion… et donnent l’impression d’être dans les îles.

Magali et Jean Sulpice. (DR)
Magali et Jean Sulpice. (DR)

C’est autour d’un café serré que Magali, épouse de Jean Sulpice, chef doublement étoilé au Guide Michelin, reçoit en toute décontraction dans son bel établissement de l'Auberge du Père Bise les pieds dans l’eau. Pour les raisons sanitaires que nous connaissons, le masque est de rigueur. Cette barrière protectrice, quelque peu handicapante pour une communication spontanée, n’empêche pas la maîtresse des lieux de raconter avec fierté le parcours accompli depuis bientôt deux décennies.

Après plus de 15 ans, le couple quitte Val-Thorens pour s’installer en 2017 à Annecy: un environnement lacustre dépaysant après l’altitude des sommets alpins. Dès la première année d’exploitation, ils entreprennent de lourds travaux et commencent par rénover le restaurant, le bistrot, les cuisines et quelques chambres. Ils parachèvent la partie hôtelière l’année suivante et décident de continuer en octobre 2019 avec la construction d’une bâtisse de plus de 480m2 exclusivement dédiée à l’univers de la détente: «Mon mari et moi avions toujours l’intention de créer un spa. Notre maison étant ouverte de février à décembre, l’option bien-être manquait dans notre offre globale et vient complémenter notre activité hôtellerie-restauration. Nous répondons ainsi aux attentes de nos clients, particulièrement ceux qui voyagent régulièrement».

Bateau renversé

Pour ce nouvel ouvrage, le couple collabore une nouvelle fois avec Xavier Salerio, leur architecte attitré, qui est à l’origine des travaux du bâtiment principal abritant le restaurant gastronomique. Initialement prévu pour les chambres du personnel, ils réhabilitent l’espace en gardant son architecture d’origine.

Résultat? Avec une majestueuse charpente en coque de bateau renversé, des pierres de bourgogne au sol, de la chaux sur les murs, du chêne naturel, des voilages en lin, l’ensemble offre un décor brut et minéral dans une ambiance tout à la fois chaleureuse et intimiste. En prolongement du lac, le bassin aux reflets bleutés et verts situé au premier étage est entouré de larges ouvertures vitrées avec vue sur le lac d’Annecy et les montagnes avoisinantes.

Ce couple d’entrepreneurs dans l’âme doit arrêter les travaux lors du confinement printanier dû au Covid-19 mais leur volonté d’extension et de développement est toujours aussi affirmée. « Comme tout le monde, nous avons eu nos moments de doute. Notre challenge était surtout de terminer les travaux avant le mois de septembre. C’est lors de l’intersaison que nous allons pouvoir tirer un premier bilan ». Avec plus d’une centaine de salariés en haute saison estivale, le couple devient un employeur majeur de la région. Magali Sulpice considère chaque étape comme un projet de vie dans son ensemble et une manière de transmettre du bonheur aux hôtes chanceux de visiter cet endroit hors du commun. «De la simplicité et une élégance discrète, c’est cela la magie de Talloires».

Bilan: Comment avez-vous géré la centaine de salariés au chômage technique forcé pendant les mois de fermeture?

Magali Sulpice: Nous avons géré le confinement comme de nombreuses entreprises en nous appuyant sur les aides du gouvernement, qui nous ont permis de mettre nos salariés à l'abri. De plus, mon mari a rebondi en mettant rapidement en place la vente à emporter. Il a créé un menu à 36€ qui a été très bien reçu et a permis de faire revenir certaines personnes en cuisine, de garder une dynamique et un esprit d'équipe. Se réinventer, rester en activité même partielle, continuer à donner des émotions, tout ceci était capital pour nous. Actuellement, on continue de proposer cette offre afin de toucher et conserver une nouvelle clientèle ».

Quel est le montant qui a été investi dans le spa?

Nous ne souhaitons pas communiquer d’informations sur la partie financière.

Quelles sont les pertes estimées avec l’arrêt des travaux dû au confinement?

Il n'y a pas eu de pertes à proprement parler suite à l'arrêt des travaux. L'enjeu économique était avant tout que le spa soit prêt pour l'arrière-saison. Nous avons rattrapé le temps perdu grâce à l'investissement et l'implication des entreprises qui nous ont accompagnés, ce qui nous a permis d'ouvrir le spa sur la période estivale et d’être prêts pour l'automne. Notre but était que tout soit opérationnel pour cette période d'arrière-saison afin de proposer une offre supplémentaire à notre clientèle.

Avez-vous déjà connaissance des retombées anticipées sur le carnet de réservation du restaurant et de l’hôtel avec la création du spa?

Il est encore trop tôt pour le dire. Nous venons d'ouvrir. Mais les premiers retours sur les expériences vécues au spa sont positifs et nous en sommes ravis.

Amoiel Edouard2
Edouard Amoiel

Chroniqueur culinaire

Lui écrire

Petit-fils de restaurateur, fils de marchand de vins, diplômé de l’Ecole Hôtelière de Lausanne, chroniqueur culinaire pour le journal Le Temps et pour mon site Crazy-4-Food, épicurien, aussi gourmand que gourmet, hédoniste, poète… l’idée d’écrire sur la gastronomie m’est apparue comme une évidence.

Ma démarche est avant tout de mettre en valeur et de faire découvrir des chefs, des restaurateurs, des producteurs et des créateurs. qui se donnent corps et âme à leur métier.

Alors, rejoignez-moi dans cette aventure culinaire truffée de gourmandises, de surprises et de plaisirs.

Du même auteur:

Les réseaux sociaux boostent les restos
Guide toujours

Les derniers Articles Vin & Gastronomie

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."