Vaud, le moteur économique romand

Le mauvais élève est devenu un modèle économique. Son dynamisme est supérieur à celui de son rival genevois. Bilan a comparé les chiffres.

Cela se ressent dans l’expérience quotidienne, et cela se démontre par les chiffres: Vaud brille par sa performance. Et pas seulement celle, fabuleuse, de Stan Wawrinka (vainqueur) et de Timea Bacsinszky (demi-finaliste), les «enfants du Stade-Lausanne», à Roland Garros. Il y a aussi les hautes écoles, les finances publiques, l’innovation,  les transports, où Vaud fait mieux que Genève. 

Le soleil brille en ce jour du mois de juin. Une dizaine d’ouvriers s’affairent sur les deux chantiers du campus de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). A côté du Rolex Learning Center, un nouveau bâtiment, dénommé Under one Roof, sera opérationnel dès 2016. Il accueillera la présentation de travaux académiques, le développement de scénographies futuristes pour les musées et le Montreux Jazz Café. Non loin, la transformation des anciennes halles de mécanique en bureaux et laboratoires prendra fin cette année. Le développement fulgurant de l’EPFL sous le règne de Patrick Aebischer symbolise, à lui seul, le dynamisme du canton et la métamorphose qu’il a connue en une décennie.

C’est en comparant ses performances avec celles obtenues par son voisin et rival genevois que l’on mesure le renouveau vaudois après une longue période de vaches maigres. D’abord, la forte poussée démographique (+107  000 habitants) entre 2005 et 2014 a renforcé une activité économique déjà soutenue par les exportations de biens et de services. Pendant cette période, son produit intérieur brut (PIB) a progressé de 2,8% en moyenne annuelle contre 2,5% à Genève. [...]

En kiosque du 10 au 23 juin 2015 

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."