Un dirigeant de GE rappelé à l'ordre par Johann Schneider-Ammann

Whatsapp
Le patron de la branche énergie de General Electric (GE), Steve Bolze, s'est fait réprimander jeudi en marge du WEF à Davos (GR), après l'annonce de la suppression de jusqu'à 1300 emplois en Suisse.

Le patron de la branche énergie de General Electric (GE), Steve Bolze, s'est fait réprimander jeudi en marge du WEF à Davos (GR), après l'annonce de la suppression de jusqu'à 1300 emplois en Suisse. Le président de la Confédération Johann Schneider-Ammann l'a "convoqué" pour lui rappeler l'importance de "notre partenariat social dans notre système libéral".

Les entreprises ont la possibilité d'adapter leurs structures sans devoir passer par des mesures aussi drastiques, a -t-il rappelé devant les médias au Forum économique mondial (WEF). Le ministre de l'économie libéral-radical espère vivement que les partenaires sociaux et le conglomérat industriel américain parviendront à collaborer.

General Electric a annoncé mercredi dernier qu'il envisageait de supprimer jusqu'à 1300 emplois sur les 5500 que comptent les sites argoviens de Baden, Birr, Dättwil, Turgi et Oberentfelden. Et ce seulement deux mois après avoir repris le pôle énergie du groupe français Alstom.

Johann Schneider-Ammann a tenu à expliquer au directeur général que la Suisse disposait d'excellentes conditions-cadres et de la meilleure formation professionnelle du monde.

"Je n'ai pas fait subir à Steve Bolze un examen de conscience, mais je lui ai montré les avantages dont dispose la Suisse", a expliqué l'ancien capitaine d'industrie bernois. "Cela ne changera rien à ce qu'il a décidé, mais j'aurais au moins pu le sensibiliser".

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."