Pour ou contre le Revenu de base inconditionnel?

Whatsapp
Lors de la votation fédérale du 5 juin, les citoyens suisses se prononcent sur le principe d'un revenu de base inconditionnel. Qu'allez-vous voter ? Rappel des enjeux.

Le RBI en bref 

L'idée: Salaire d’abord, travail ensuite. Soumise à la votation populaire le 5 juin, l’initiative sur le revenu de base inconditionnel (RBI) propose d’inscrire dans la Constitution une rente mensuelle à vie versée à tous les résidents suisses – avec et sans emploi, jeunes et retraités, riches et pauvres. Sans contrepartie. Le montant n’est pas officiellement chiffré, mais les initiants évoquent 2500 francs par mois pour les adultes.

Le fonctionnement: Si besoin, les assurances sociales – chômage, AVS et AI – complèteraient ce revenu de base en fonction du profil de chaque assuré. Il s’agirait d’un transfert de revenu pour la plupart des citoyens qui touchent un salaire ou bénéficient d’une assurance sociale au-delà du montant du RBI. Les réels bénéficiaires seraient ceux qui ne disposent pas d’un revenu ou d’une allocation, soit les étudiants, les femmes au foyer ou encore les sans-emploi.

Le financement: Le coût brut total est estimé à plus de 200 milliards par année. Il comprend les parts des assurances sociales (55 milliards) et des 2500 francs qui seraient prélevés sur tous les salaires (130 milliards). Les initiants estiment la part manquante à 18 milliards de francs; le Conseil fédéral, qui s’oppose à l’initiative, estime lui cette tranche à 25 milliards. L’initiative ne mentionne pas comment le RBI serait financé. Les partisans proposent une taxe sur les paiements électroniques et une augmentation de la TVA. Les opposants, eux, estiment qu’une hausse importante des impôts serait inévitable. Aucun parti politique, à l’exception des Verts et du Parti Pirate, ne soutient l’initiative que les projections voient pour l’heure rejetée à une grande majorité. 

Partisans: Selon les initiants, un revenu de base universel libérerait les citoyens qui subissent un travail pénible et éloignerait tout un chacun de la précarité, accrue par l’automatisation dans tous les secteurs. Une façon de se concentrer un peu plus sur ce qui fait sens pour eux, comme la vie de famille, ou des projets sociaux et entrepreneuriaux.

Opposants: Sous le régime d’un RBI, la Suisse affaiblirait fortement sa performance économique et sa compétitivité, selon les opposants à l’initiative. Le modèle provoquerait un gouffre dans les finances publiques, conduirait à une forte pression sur les salaires et augmenterait le travail au noir. 

 

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."