Menace sur la paix sociale

Les inégalités mènent aux votes contestataires, favorisent les extrêmes. Des électeurs déclassés, oubliés de la globalisation, ont élu Donald Trump, choisi le Brexit, et voteront pour Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon. Qu’en est-il des inégalités en Suisse?

Les ravages de la globalisation, la peur du déclassement social et la perte des repères identitaires ont remis les inégalités sociales au cœur du débat tant politique qu’économique. Après la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne et la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis, les campagnes électorales en France et en Allemagne sont dominées par la lutte contre la précarité. Objectif: donner davantage de pouvoir d’achat à la classe moyenne durement affectée par la crise qui a débuté en 2008. 

Dans un environnement où les fruits de la croissance ne profitent qu’à une minorité de la population, les inégalités sociales constituent un danger pour la démocratie en exacerbant les tensions et en faisant de l’étranger le bouc émissaire idéal. «Le retour du populisme est sans doute lié, de manière générale, au sentiment de déstabilisation économique et de trouble identitaire ressenti par maintes opinions publiques dans le contexte d’ouverture internationale depuis vingt-cinq ans», explique Thierry Chopin, directeur des études de la Fondation Robert Schuman à Paris.

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et le Fonds monétaire international ont découvert avec un certain retard que l’augmentation des inégalités constitue un frein à la croissance. Selon l’OCDE, elle a entraîné une perte de production estimée, par exemple, à six points de produit intérieur brut aux Etats-Unis. D’après la présidente du FMI Christine Lagarde, les études de son institution ont montré que «contrairement aux idées reçues, les bienfaits d’une hausse du revenu viennent d’en bas et non d’en haut». Des chercheurs ont aussi contribué à relancer le débat. Aux Etats-Unis, le Prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz estime que «les inégalités résultent de choix politiques». En Europe, les travaux de Thomas Piketty publiés dans Le capital au XXIe siècle ont fait l’effet d’un électrochoc. [...]

En kiosque du 12 au 25 avril 2017 

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."