Le ministre des Finances jette l'éponge à Chypre

Ancien président de Laïki, banque mise en faillite dans le cadre du plan de sauvetage, le ministre chypriote Michalis Sarris a annoncé mardi sa démission. Il est remplacé par Haris Georgiades. Le ministre chypriote des Finances Michalis Sarris a annoncé mardi sa démission, une décision motivée par le fait qu'il avait occupé jusqu'en août 2012 la fonction de président de Laïki, une banque mise en faillite dans le cadre du plan de sauvetage économique de l'île. Le palais présidentiel a indiqué que Haris Georgiades, actuellement ministre du Travail, serait investi mercredi en tant que nouveau ministre des Finances.

Michalis Sarris a indiqué à des journalistes avoir décidé de quitter son poste car l'enquête lancée pour déterminer les causes de la crise bancaire doit se pencher sur la période pendant laquelle il dirigeait la deuxième banque du pays, en cours de liquidation. Sa démission a été acceptée par le président Nicos Anastasiades.

Le gouvernement a lancé mardi matin une enquête judiciaire sur la façon dont l'île a été poussée au bord de la faillite, au point de devoir accepter un plan de sauvetage européen assorti de mesures draconiennes. Le président conservateur Anastasiades a remercié dans un communiqué Michalis Sarris pour sa participation au gouvernement, mis en place il y a à peine plus d'un mois.

«J'accepte avec regret aujourd'hui la démission du ministre des Finances Michalis Sarris», a indiqué le président dans un communiqué. «Je veux remercier Michalis Sarris pour ses services précieux pendant les négociations difficiles avec la troïka» des bailleurs de fonds -- Union européenne, Banque centrale européenne et FMI.

Accord sur la politique économique

Nicos Anastasiades, soulignant «l'excellente coopération entre nous», a indiqué avoir «particulièrement apprécié le haut niveau d'exigences et la grande sensibilité politique» dont a fait preuve cet économiste, arrivé au gouvernement en tant qu'indépendant.

«La décision de M. Sarris de donner sa démission en raison de la sensibilité politique du dossier, et pour faciliter le travail de la commission d'enquête, constitue un phénomène culturel nouveau dans la vie politique chypriote», a souligné le président.

Michalis Sarris avait été nommé à la tête de la Laïki début 2012, avant de démissionner en août 2012, indiquant alors que le gouverneur de la Banque centrale lui avait conseillé de prendre cette décision. «Considérant qu'il s'agit de la volonté de l'institution de supervision et d'un actionnaire important de la banque, je dois certainement la respecter. Ce n'est pas le moment de faire d'autres commentaires», avait alors indiqué Michalis Sarris.

Le nouveau ministre des Finances, Haris Georgiades, a travaillé dans le secteur du tourisme. Il a été le porte-parole du parti conservateur Disy du président Anastasiades de 2009 à 2013. Le poste de ministre du Travail doit être confié à une haut fonctionnaire du ministère du Commerce, Zeta Emilianidou, a indiqué la présidence.

Le porte-parole du gouvernement, Christos Stylianides, a indiqué par ailleurs que le gouvernement chypriote et la troïka étaient arrivés mardi à un accord sur la politique économique exigée en contrepartie d'un prêt de 10 milliards d'euros. «Une période d'incertitude se termine», a souligné M. Stylianides.





Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."