La médecine du sport connaît un vrai boom à Genève

L’hôpital de La Tour, leader des cliniques privées, a inauguré son centre ce 24 avril à Genève. La clinique La Colline ouvrira le sien en 2019. Avec ces équipements de pointe, Genève se positionne à la pointe de la médecine du sport.

La médecine du sport a le vent en poupe. Ce 24 avril, La Tour Medical Group, acteur hospitalier et ambulatoire de référence dans le canton de Genève et leader des cliniques privées, a inauguré son nouveau bâtiment B2, dédié au «mouvement», en présence du directeur général, Nicolas Froelicher, du conseiller d’Etat Mauro Poggia, et du Maire de Meyrin, Jean-Marc Devaud. Un édifice de 26'000 mètres carrés, sur huit étages, avec des chambres, suites et cabinets de consultation, et dont le rez supérieur sera occupé en bonne partie par le Centre de médecine du sport, accrédité en tant que Swiss Olympic Medical Center depuis 2014.

Lire aussi: Une médecine conçue sur mesure

L’investissement dans ce bâtiment est conséquent: 100 millions de francs, auxquels s’ajoutent 20 millions pour des équipements et outils de pointe, notamment pour de l’imagerie médicale de dernière génération (IRM, scanners). Les capitaux proviennent des fonds propres du groupe, ainsi que des actionnaires, le principal étant la famille Latsis, qui avait racheté La Tour au fonds Colony Capital pour un demi-milliard de francs en 2013. Le groupe compte recruter 50 collaborateurs pour son secteur dédié au mouvement.

Lutter contre le fléau de la sédentarité

La médecine du sport existe depuis 2014 à La Tour, où œuvrent des pionniers du domaine, comme le Dr. Finn Mahler, directeur du centre. Il indique qu’en dix ans, le nombre de consultations en médecine du sport est passé de 2000 par an (2006) à 22'000 par an (2016). En physiothérapie, le chiffre est passé de 10'000 à 60'000 sur la même période. C’est un véritable boom que connaît la Suisse romande dans le sport, notamment amateur, avec l’entrée en masse des seniors (plus de 50 ans) et des femmes. Un public qui privilégie de plus en plus sa santé, et prend parfois très au sérieux ses performances sportives, sa santé, le mouvement en général, ce qui se reflète dans une hausse de la pratique de la course à pied et de divers autres sports.

C’est en 1995 que le Dr Finn Mahler et son frère avaient démarré les consultations, dans «une cabine de 20 mètres carrés» située quasi au même endroit que le nouveau bâtiment B2. Depuis, le Dr. Finn Mahler est devenu le médecin responsable du Servette FC (dès 2003), tandis qu’il a accompagné le team Alinghi en 2003 et 2007 aux côtés de son frère, qui est aujourd’hui directeur médical du Swiss Sailing Team. Le centre suit également l’équipe de basketball suisse, l’équipe féminine de ski (Swiss Ski), des hockeyeurs sur glace, le vélo (Tour de Romandie), les arbitres de l’UEFA, les athlètes du Stade Genève, le triathlon, ou encore l’équipe de natation (Genève).

Lire aussi: Le design médecin de la santé

La philosophe qui est au fondement du nouveau centre: «C’est une ode au mouvement», souligne le Dr. Finn Mahler, qui veut inciter les patients à bouger, à être actifs, pour lutter contre le «fléau» de la sédentarité, «aussi dangereuse que de fumer», assure-t-il. Il souligne combien l’activité physique améliore l’état général et l’espérance de vie de manière radicale, selon de multiples études. «L’obésité coûte 10 milliards de francs par an», rappelle-t-il. Les outils du centre permettent par exemple de mesurer la différence entre l’âge chronologique et l’âge physiologique d’un patient: «Un patient de 55 ans qui a de l’arthrose et un problème d’obésité aura 70 ans d’âge physiologique. Il s’agira de faire correspondre les deux âges». Le centre a pour véritable credo l’interdisciplinarité: il combine les compétences de chirurgie, de physiothérapie, de nutrition du sport et de psychologie du sport, mais aussi de neurologie et de rhumatologie.

Développer la prévention au plan de la diététique et de la performance

Le médecin genevois explique que le bien-être général implique à la fois les dimensions d’alimentation et de poids, les problèmes de système nerveux, de système hormonal, et de système immunitaire. Toutes ces disciplines sont désormais réunies sous un même toit, «avec une prise en charge interdisciplinaire par excellence», se réjouit-il. Ainsi, la science développée pour les sportifs de haut niveau est transférée à tous les patients. Par exemple, le centre utilise la technologie permettant aux athlètes de franchir les haies pour aider les malades de Parkinson à passer l’obstacle et surmonter leur «freezing». Il fait ainsi profiter tous les patients de la recherche et des technologies de pointe destinées aux sportifs d’élite. «Un outil de travail holistique dans son approche de la santé qui, l’espère le Dr Finnn Mahler, permettra aussi de développer la prévention au plan de la diététique et de la performance».

Cette annonce a lieu dans un contexte où les centres d’entraînement sportif se multiplient à Genève (Personal Trainer, Athletica…), et où d’autres établissements médicaux se spécialisent également dans la médecine du sport. La clinique de La Colline, propriété du groupe Hirslanden, inaugurera ainsi son propre centre au premier trimestre 2019, avec un nouveau bâtiment de 800 mètres carré entièrement dédié à cette spécialité, qui travaillera en synergie avec les 30 spécialités et les plus de 20 centres médicaux existants de la clinique. Chacun des deux centres desservira ainsi un côté du canton: La Tour sur la rive droite, La Colline sur la rive gauche.

Lire aussi: Consulter un docteur par webcam: la médecine de demain?

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."