L'UE débat d'une prolongation des contrôles aux frontières intérieures

Whatsapp
Les pays membres de l'UE vont débattre vendredi de la possibilité de prolonger jusqu'à deux ans le rétablissement des contrôles aux frontières intérieures de l'espace Schengen.

Les pays membres de l'UE vont débattre vendredi à Bruxelles de la possibilité de prolonger jusqu'à deux ans le rétablissement des contrôles aux frontières intérieures de l'espace Schengen, en raison du chaos migratoire persistant aux frontières extérieures de l'Union, a-t-on appris de sources concordantes.

La question sera examinée lors d'une réunion vendredi à Bruxelles des ministres européens de l'Intérieur, qui doivent faire le point sur la gestion des frontières extérieures, notamment par la Grèce.

Cette dernière peine à faire face à la pression migratoire, s'attirant les foudres de certains pays du Nord vers lesquels se dirigent les migrants.

Comme l'Allemagne, plusieurs Etats membres de l'espace Schengen ont rétabli ces derniers mois des contrôles à leur frontières à l'intérieur de cette zone censée garantir une libre circulation. Cette possibilité, prévue par le Code Schengen dans certaines circonstances, ne peut néanmoins pas excéder six mois.

Une source à la présidence luxembourgeoise du Conseil de l'UE (qui réunit les Etats membres) a souligné que, cette période maximale étant de six mois, certains Etats ne pourront plus effectuer de contrôles à leurs frontières intérieures après mars 2016. La présidence a par conséquent mis à l'ordre du jour la question d'une prolongation jusqu'à deux ans de la possibilité des contrôles frontaliers.

Une disposition du Code Schengen (son article 26) envisage cette éventualité "dans des circonstances exceptionnelles mettant en péril le fonctionnement global" de l'espace Schengen, "du fait de manquements graves persistants liés au contrôle aux frontières extérieures".

Mais l'activation de cet article ne peut se faire qu'à l'issue "d'un long processus, de plusieurs mois", a expliqué à l'AFP une source à la présidence, nécessitant notamment un rapport de la Commission européenne.

"C'est pourquoi il faut en parler dès maintenant", a-t-elle ajouté, précisant que les ministres des Etats membres ne voteraient pas vendredi sur ce sujet.

"Ce n'est pas une suspension de Schengen dont il est question, c'est une initiative pour s'assurer que des Etats ne vont pas vouloir sortir de l'espace Schengen après mars, si la situation ne s'est pas améliorée avec la Grèce", a souligné une source diplomatique.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."