Aucune entreprise suisse dans le top 10 des rêves d'étudiants

Les entreprises suisses sont-elles assez attractives pour les jeunes diplômés? Aucune société helvétique ne figure parmi les dix plébiscitées par les étudiants européens interrogés par le cabinet Universum Global. Au niveau mondial, les étudiants et jeunes diplômés plébiscitaient en septembre Google, IBM, Microsoft, Ernst & Young et Goldman Sachs. Trois de ces grands groupes figurent également sur les podiums des entreprises préférées des jeunes, selon la dernière étude publiée par le cabinet Universum Global: Google, Ernst & Young et IBM semblent aussi attractifs sur le vieux continent qu'à l'échelle de la planète.

Contrairement à leurs homologues des autres continents, les étudiants européens plébiscitent par contre l'industrie plus traditionnelle: BMW et (à un degré moindre) Siemens montent sur le podium côté ingénieurs, et L'Oréal accroche la 3e place côté écoles de commerce.

Trois entreprises suisses dans le top 50

Pour le reste, aucune entreprise suisse ne se hisse dans le top 10, ni côté ingénieurs ni côté écoles de commerce. Nestlé, première société helvétique citée par les 100'000 étudiants interrogés à travers le continent, réussit tout de même à accrocher les 11e (ingénieurs) et 12e (écoles de commerce) rangs du palmarès, alors que le groupe de Vevey n'était que 19e et 25e respectivement des deux classements mondiaux.

Du côté des grands noms suisses, Credit Suisse (29e) et UBS (38e) font légèrement mieux dans le classement business schools que leur ranking mondial (36e et 41e respectivement).

Comme à l'échelle planétaire, le classement européen ne fait pas apparaître d'autres entreprises suisses.

Apple n'attire pas les étudiants européens

Surprise de ce classement: Apple ne semble pas réellement séduire les étudiants européens. Les 29e (ingénieurs) et 32e (écoles de commerce) places continentales sont bien loin de l'attractivité à l'échelle planétaire (4e et 6e place respectivement).

De manière générale, les jeunes diplômés européens semblent être davantage attirés par les entreprises traditionnelles que par les valeurs technologiques. Ainsi, quand les futurs ingénieurs du monde entier placent six entreprises actives dans les technologies de l'informatique et des télécommunications (plus Siemens, dont c'est une des activités) dans leur top 10, leurs homologues européens n'en citent que quatre (plus Siemens).

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."