Apprendre à devenir un meilleur leader

La HEIG-VD propose un diplôme MAS destiné aux cadres et managers qui inculque une gestion humaine du monde complexe de l’entreprise, loin des boîtes à outils traditionnelles.

Les managers subissent une multitude de contradictions. Les leaders font face à une pression constante pour augmenter la rentabilité, de même qu’à toutes sortes d’exigences qui relèvent du court terme. «En même temps, on attend d’eux de faire preuve de hauteur d’esprit et d’ouverture. L’entourage professionnel leur demande à la fois une chose et son exact contraire. La formation que nous proposons a pour but de permettre aux cadres de faire face à cette complexité et de la gérer.»

Directrice du MAS Human Systems Engineering de la HEIG-VD (Haute Ecole d’ingénierie et de gestion du canton de Vaud), à Yverdon-les-Bains, Céline Desmarais soutient que les managers sont en fait des traducteurs. La chercheuse française a consacré sa thèse publiée en 2002 à élaborer ce modèle. «Les leaders sont entre les collaborateurs, la direction, les clients et les fournisseurs. Une situation compliquée, d’où cette idée du traducteur. C’est à eux de créer un sens au milieu de contraintes contradictoires.»

Céline Desmarais est depuis 2014 la directrice du MAS-HSE lancé au début des années 2000. Cette ancienne cadre de la fonction publique française se distancie clairement des écoles de management à tendance analytique qui enseignent des processus et des boîtes à outils. «Nous sommes formés pour considérer que la vie professionnelle est totalement étanche à la vie personnelle. Mais la réalité est que les différentes facettes d’un individu sont intimement liées. Les managers doivent être conscients des limites de ces modèles et développer un regard plus global. Car le principal outil dont dispose le leader, c’est lui-même.» 

Des horizons divers

La formation s’adresse aux managers, aux experts internes de l’entreprise, aux coaches, de même qu’aux collaborateurs des ressources humaines. Les participants viennent d’horizons très divers: informatique, divisions achats de grandes entreprises ou encore du médico-social. «Leur point commun est la conviction que les problématiques humaines sont centrales dans la gestion de l’entreprise», reprend Céline Desmarais.

L’approche se veut multidisciplinaire avec des emprunts au management, aux neurosciences, à la psychologie et à la psychanalyse. Parmi les intervenants, le spécialiste des ressources humaines Stéphane Haefliger, l’ancienne cadre de la Télévision suisse romande (devenue depuis RTS) Esther Jouhet et le psychanalyste Daniele Ribola.

Cette formation s’inscrit dans une amélioration progressive: une veille permanente sur les nouveaux modèles de management permet d’offrir aux participants des approches innovantes.

Pour accéder à la formation complète du cursus en Human Systems Engineering, il faut être titulaire d’un bachelor, d’une licence ou d’un master décerné par une université, une haute école spécialisée ou un titre étranger de niveau équivalent. Le candidat doit disposer d’une expérience professionnelle confirmée (cinq à huit ans). Le MAS peut aussi accueillir, sous certaines conditions, des responsables qui ne possèdent pas de tels diplômes mais bénéficient d’une expérience significative en lien avec l’un ou l’autre des champs du MAS. Les participants doivent encore attester de leur ouverture et de dispositions particulières aux changements.

Pour obtenir le MAS, il faut avoir effectué les quatre CAS (Certificate in Advanced Studies) du programme, qui peuvent être suivis dans un ordre indifférent et aussi isolément. Le prochain CAS à démarrer s’intitule «L’organisation, un système vivant» et débutera le 27 août 2018. Ce cycle doit permettre de booster sa créativité, de changer de regard sur son travail et de développer une nouvelle posture dans l’intervention et le leadership. Destinés aux personnes exerçant des postes à responsabilités, les cours portent aussi sur de nouvelles approches d’accompagnement des équipes.

Chacun des quatre CAS consiste en 18 journées de cours sur une durée de cinq mois de formation. La réussite du CAS donne droit à 12 crédits ECTS et à un Certificat of Advanced Studies HES-SO, reconnu par la HES-SO ainsi qu’au niveau européen, conformément aux accords de Bologne. Le coût d’un CAS suivi isolément s’élève à 8000 francs. Le MAS revient à 26 500 francs, tous frais compris.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."