A Lausanne, un master en innovation vivante

Formation unique en Suisse romande, Innokick prône une approche interdisciplinaire afin de développer des produits et des services innovants.

Héberger un master HES-SO dans des ateliers reconvertis en fourmilière de jeunes entreprises, l’approche est singulière. C’est pourtant aux anciennes Imprimeries réunies de Lausanne – qui accueillent entre autres l’accélérateur MassChallenge – que le master Innokick fait plancher des équipes interdisciplinaires d’étudiants sur des défis industriels réels auxquels sont confrontés les partenaires de la formation. Parmi eux, la Ville de Lausanne, le Comité des Jeux olympiques de la jeunesse Lausanne 2020, ou plus classiquement des entreprises, à l’instar de Bobst. Une façon pour cette formation d’ancrer dans l’espace son ADN entrepreneurial.

Au programme, cinq cas concrets autour desquels les 34 candidats retenus cette année (12 issus des filières d’ingénierie, 12 d’économie et 10 de design) seront dispatchés. Véritable colonne vertébrale de la formation, la partie pratique – de la naissance de l’idée à l’implémentation de la solution – est soutenue par des modules théoriques dispensés au fur et à mesure de l’avancée du projet. Nathalie Nyffeler, professeur chercheur à l’HEIG-VD et à la HES-SO  et responsable de la filière, relève que l’approche interdisciplinaire a déjà fait ses preuves: «La Carnegie Mellon University À Pittsburgh ou encore la d.school à Stanford ont lancé ce type de démarches. On se rend compte aujourd’hui de l’intérêt d’intégrer le design en amont des processus de développement produit.»

«Accélérateur de carrière»

La Summer Academy d’Innokick, qui se déroule en Chine à la fin de la première année, permet d’ajouter une dimension internationale au parcours des étudiants. C’est d’ailleurs au cours de l’un de ces voyages que trois étudiants ont lancé The Box, concept de box de plage pour partager du matériel et éviter le transport. Lauréats du Prix First venture, à destination des jeunes entrepreneurs, ils ont reçu une dotation de 150 000 francs, qui leur permet aujourd’hui de poursuivre l’aventure.

Si certains continuent sur la lancée de leur projet, d’autres sont approchés pour intégrer des laboratoires d’innovation. Un signe de reconnaissance pour Nathalie Nyffeler: «Le travail interdisciplinaire par la collaboration entre étudiants de différents horizons n’est pas évident. Mais il développe la pensée critique et la créativité, qui sont les compétences de demain. C’est un accélérateur de carrière.»  

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."