«Ma Silicon Valley, c'est...»: paroles d'étudiants startupers

Pendant une semaine, la Banque cantonale vaudoise a emmené une dizaine d'étudiants romands à San Francisco et en Silicon Valley. Voici leur ressenti après ce bain dans un haut lieu de l'innovation.

«Instiller et diffuser l'esprit d'entrepreneuriat parmi les jeunes Suisses et Vaudois en particulier»: voilà le leitmotiv de la Banque cantonale vaudoise et de son porte-parole Christian Jacot-Descombes. Depuis trois ans, la BCV organise donc un Silicon Valley Startup Camp pour lequel sont sélectionnés une dizaine d'étudiants des principales écoles et universités du canton. Pour ceux que le jury choisit, il y a à la clef un bain d'une semaine entre San Francisco et Palo Alto.

Pendant ce séjour, ils vont visiter les grands noms de la technologie et du web (Facebook, Indiegogo, Zynga, Salesforce), mais aussi arpenter le campus de Stanford d'où sont issus Hewlett-Packard, Yahoo!, Google, LinkedIn, Instagram, Netflix,... Et surtout ils vont suivre une série d'ateliers et de rencontres avec des startupers, suisses et américains, et de coachs. Au terme de cette semaine intensive menée avec les services de Swissnex San Francisco, ils auront pu monter un projet, travailler sur divers aspects de celui-ci et le présenter devant un parterre d'invités et de partenaires au cours d'une session de pitch très dynamique.

Programme intense et sens critique aiguisé

Certains avaient déjà un projet de startup bien avancé avant de quitter la Suisse pour San Francisco. Pour d'autres, il y avait tout au plus une idée ou un concept encore vague. Mais tous ont ainsi pu expérimenter l'atmosphère inspirante de la Silicon Valley, là où l'audace règne en maître et où l'échec est vu comme une marche supplémentaire vers le prochain succès.

Pas question de chômer pendant cette semaine et le programme est intense autant que les interventions denses. Mais les étudiants romands ont déjà un sens critique aiguisé. S'ils se laissent surprendre ou impressionner par certains interlocuteurs, certains enjeux ou certains programmes, ils n'en conservent pas moins une certaine distance vis-à-vis d'aspects du phénomène web qu'ils peuvent réprouver ou juger moins cruciaux. Chacun arrive au final à piocher dans le panel des rencontres un certain nombre de contenus qui lui seront utiles dans l'avenir.

Des réussites suite aux premières éditions

Combien d'entre eux concrétiseront un projet de startup dans les mois ou les années à venir? Difficile à dire pour le moment. Mais de nombreuses success stories issues des deux éditions précédentes du Silicon Valley Startup Camp de la BCV viennent témoigner de l'impact positif de cette initiative pour les jeunes entrepreneurs en herbe suisses. Et même sur la seule semaine de camp en Californie, plusieurs d'entre eux ont évolué, mûri et progressé dans leur travail et leur approche du business. Comme le confirment notamment Bettina Ferdman, de la Fondation Philias, et Bastien Bovy, coach chez Genilem.

Pendant une semaine, Bilan a pu suivre ce programme, recueillir leurs impressions, observer leurs travaux et échanger avec eux. Face à la caméra, ils expliquent ce qu'ils attendaient de la Silicon Valley, ce qu'ils en retiennent. Des avis pris sur le vif et qui offrent une vision rafraîchissante du futur de l'économie romande. Tout au long de la semaine, au fil des visites, certains d'entre eux ont également livré leur regard sur des thématiques bien spécifiques à retrouver ci-dessous:

Stanford, pépinière de la Silicon Valley 

Le crowdfunding cartonne aux USA et en Europe 

Le pitch, le colt des startupers 

Facebook chouchoute ses employés

Mozilla, pour un web sans monopole

TechShop, le do-it-yourself en mode collaboratif

Uber inspire les startupers du monde 

Dans la même categorie

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."