Bilan

Yuh, la nouvelle app de finance pour les novices

Née d’une alliance entre Swissquote et PostFinance, l’application Yuh vise à simplifier paiements et investissements. Elle permet d’acheter des cryptomonnaies, de réaliser des plans d’épargne ou encore d’acheter des actions ou des ETFs.

Crédits: Yuh

Les premiers pas dans la finance sont parfois difficiles. Il faut se renseigner sur les différents types d’investissements, réfléchir à son épargne ou encore constituer son portefeuille. Swissquote et PostFinance se sont mis ensemble pour créer l’application Yuh. Elle a été lancée ce mardi. Elle est destinée à celles et ceux «qui n’ont pas envie de se prendre la tête sur leurs finances» selon la directrice marketing de la société.

Les mœurs ont changé, et les générations précédentes ont d’autres habitudes bancaires. L’arrivée du smartphone a changé les habitudes, en témoigne la popularité des applications comme Twint, Swissquote ou encore les applications crypto comme CoinBase, Kraken ou encore Binance. Presque la moitié des Suisses·ses avaient connaissance des applications de paiement en 2017, selon une enquête de la Banque nationale suisse. Seulement 10% des personnes affirmaient en utiliser.

Créits: BNS - Enquête sur les moyens de paiement.
Crédits: BNS - Enquête sur les moyens de paiement.

Quatre ans plus tard, les choses ont légèrement changé. L’application Twint a par exemple franchi la barre des trois millions d’utilisateurs en octobre 2020. «La moitié des détenteurs·trices de smartphones en Suisse utilisent désormais Twint et réalisent des paiements avec dans 50% des magasins en ligne helvétiques.» lit-on dans un communiqué paru à l’automne 2020.

Yuh s’axe sur plusieurs fonctions. Elle permet de transférer l’argent à d’autres personnes sans frais de transaction ou de réaliser des paiements. Elle permet également d’investir dans une centaine d’actions sélectionnées par l’équipe ainsi que dans 5 ETFs et 12 cryptomonnaies différentes. Le modèle de financement est clair: les utilisateurs ont des frais d’investissement. «Il s’élève à 0.5% sur les actions et 1% sur les cryptomonnaies», précise l’équipe de Yuh.

Cette nouvelle application va-t-elle remplacer celles des fondateurs, Swissquote et PostFinance, qui détiennent chacun 50% de la société? «Non, le but est que ce soit complémentaire» estime une personne de l’équipe. Yuh se veut être une entrée vers ce monde de l’investissement. La sélection d’actions et de fonds ETF vise à faciliter les investissements. «Si quelqu’un veut trouver des produits plus spécifiques, ils doivent aller sur les plateformes à disposition».

Une centaine d’actions, cinq fonds ETF ainsi que des thèmes d’investissements sont présents au lancement. Ils ont été méticuleusement choisis pour parler à un public jeune ainsi qu’être relativement abordables et disponibles. Les critères ESG sont affichés à côté de chaque produit, pour que l’utilisateur·trice soit libre de décider ce qui l’intéresse ou non. «Nous avons décidé de ne pas les restreindre selon des critères éthiques», précise la responsable marketing. Certaines banques proposent au contraire à leurs client·e·s des produits d’investissement durables. Le WWF a examiné ces différents produits et s'est fendu d'un rapport en 2017. Les notes attribuées aux banques étaient relativement mauvaises en moyenne.

Crédits : WWF Switzerland/Inrate 2017.

Depuis, les institutions ont redoublé d'efforts pour proposer des produits plus adaptés. En affichant les critères ESG directement dans l'application, Yuh laisse ses utilisateurs prendre la décision.

Nouvelle crypto: le Swissqoin

Yuh se lance avec sa propre cryptomonnaie. Le Swissqoin vaut 1 centime à son lancement. Pour les détails techniques, cette monnaie est basée sur la blockchain ethereum et en comptera 200 millions. Elle sert de récompense pour les utilisateur·trice·s qui réalisent des transactions. Pour valoriser cette nouvelle cryptomonnaie, Yuh investira 10% de ses souscriptions dans le Swissqoin.

Treize cryptomonnaies sont également présentes sur la plateforme. «J’ai beaucoup d’ami·e·s qui m’ont appelée pour leur expliquer ce qu’était un token» rigole encore la directrice marketing. L’intérêt grandissant pour les cryptomonnaies ces derniers mois a prouvé à l’équipe qu’il y avait une véritable demande.

Crédits: Statista.

Le Bitcoin demeure en tête, mais des investisseurs qui ont placé de l’argent dans le Dogecoin ont récemment pu réaliser une plus-value, malgré la volatilité.

L'évolution du Dogecoin au 10 mai 2021. Crédits: DR.

La Suisse d’abord

L’application lancée ce mardi se place comme une solution purement mobile pour ceux qui veulent gérer leurs finances courantes. A long terme, de nouveaux services devraient voir le jour. En Suisse, la banque cantonale zurichoise a par exemple lancé l’application frankly. Cette dernière sert à se constituer un troisième pilier, et elle est conçue pour le mobile.

L'application frankly est pensée pour le mobile. Crédits: DR.

Le succès d’une banque comme Revolut prouve que les banques digitales séduisent les utilisateurs. Interrogés par Bilan sur la question de nouvelles fonctionnalités, l’équipe de Yuh répond que la roadmap est ambitieuse et que les informations viendront au fur et à mesure. Pour l'heure, l'application se présente surtout comme une porte d'entrée vers certains produits financiers. Des applications spécialisées existent pour chacun des domaines que couvre Yuh.

Markus Schwab, CEO de la société, affirme que le potentiel succès transparaît dans les chiffres du Swissqoin. «Quoi qu’il en soit, nous réinvestirons toujours les 10% de nos souscriptions dans cette monnaie» conclut-t-il.

Garciarebecca1
Rebecca Garcia

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

Du même auteur:

A chaque série Netflix son arôme de cannabis
Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."