Bilan

WhatsApp, l’application qui détrône Facebook et Twitter

Les jeunes délaissent les réseaux sociaux vers cette messagerie instantanée sur smartphones.
L'application enregistre un milliard de messages échangés par jour. C'est plus que Facebook et Twitter. Crédits: Keystone/Jens Büttner

Chez les moins de trente ans, WhatsApp a déjà détrôné Facebook et Twitter en termes de messages, avec un milliard d’échanges quotidiens. «Avec plus de 200 millions d’utilisateurs dans une centaine de pays, WhatsApp a dépassé Twitter », a affirmé Jan Koum, CEO, le 18 avril lors de la conférence AllThingsD Dive Into Mobile, à New York. Certes, la différence n’est pas encore énorme car Twitter réunit aussi dans les 200 millions d’adeptes.

Mais ce succès est révélateur d’une tendance de fond: les jeunes se détournent des réseaux sociaux traditionnels pour se tourner vers des services faits sur mesure pour leurs smartphones. « Las du partage exacerbé, des traces laissées ici ou là et de la surveillance potentielle des parents, ils semblent préférer désormais des applications comme WhatsApp », observe Benoît Darcy, sur le site ZDNet.

WhatsApp permet de créer des groupes de « chat » constamment en contact car les messages émis s’affichent automatiquement même si l’application est fermée. La technologie transmet images, sons et vidéos en utilisant le réseau web. Les contacts connectés au service sont visibles à l’écran. On peut encore indiquer un statut par exemple « de retour à 15 heures » et téléphoner sans quitter l’interface.

Deux anciens de Yahoo aux commandes

Fondée en 2009 par deux anciens de Yahoo, Brian Action et Jan Koum, WhatsApp est basée dans la Silicon Valley, à Santa Clara en Californie. Diplômé en informatique de l’Université de Stanford, Brian Action écrit en toute modestie à son sujet sur sa fiche LinkedIn : « Révolutionne le monde grâce à des technologies et des services innovants ». Il a débuté sa carrière chez Apple et Adobe, avant d’entrer chez Yahoo en 1996.

De son côté et toujours sur LinkedIn, Jan Koum revendique un parcours académique moins brillant, se disant « dropped out » (viré) de l’Université de San José, pour rejoindre Yahoo en 1998.

Dans leur blog sur whatsapp.com, les fondateurs excluent de recourir à des annonces pour monétiser leur application, après avoir travaillé durant des années chez Yahoo, qui fonctionnait comme une agence de pub. Depuis fin 2012, WhatsApp nécessite une redevance annuelle qui permet au service de demeurer libre de toute publicité. Sur Android, une carte de crédit est nécessaire et les données doivent être stockées chez Google. On peut aussi payer via la facture de téléphone mobile ou via Paypal. Sur iPhone, l’application est disponible au coût unique de 1 franc 10.

La question du modèle économique reste pour l’heure entière. Interrogé sur ce point, Jan Koum indique : "Nous verrons un monde avec plusieurs milliards de smartphones. Et lorsque cela sera le cas, alors il sera facile de générer des revenus."

Facebook et Google intéressés

L’année dernière, la rumeur disait Facebook intéressé à un rachat. Et ce mois d’avril, les observateurs prêtent à Google l’intention d’avaler WhatsApp pour 1 milliard de dollars. Une rumeur toutefois démentie.

Selon Digital Trends, les services de messagerie sont une grande faiblesse de la stratégie mobile de Google et un achat de WhatsApp aurait donc du sens. Une remarque valable pour tous les grands d’Internet, de Facebook à Twitter en passant par Microsoft.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."