Bilan

Vers quels secteurs vont les fonds de capital risque?

Drones, Bitcoin, espace,... ou hospitalité, voyages, transports? Dans quels secteurs les startups peuvent-elles espérer lever le plus de fonds? Une étude fait le point sur les montants investis par les venture capitalists et les rythmes de croissance de ceux-ci.
  • Vers quels secteurs vont les fonds de capital risque?

    Crédits: Image: DR
  • Le Bitcoin et les solutions de partage de photos ont le vent en poupe: entre 2012 et 2015, ces deux secteurs ont connu des croissances de plus de 150% annuelles en termes de levées de fonds.

    Crédits: Image: Mattermark
  • En termes de volumes de capitaux levés, l'hospitalité et les transports restent largement en tête des secteurs les plus choyés par les venture capitalists.

    Crédits: Image: Mattermark

C'est le nerf de la guerre. Pour les compagnies installées dans leur activité mais encore plus pour les startups qui ont besoin de fonds pour financer leur développement. Or, il n'est pas toujours évident de convaincre les venture capitalists (ou détenteurs de capital-risque) de placer les sommes nécessaires dans sa société naissante. Pour cela, il faut évidemment déployer un discours convaincant. Mais cela ne suffit pas toujours. Et se lancer dans un secteur porteur peut constituer un avantage certain.

C'est ce que montre l'étude réalisée par l'un de ces venture capitalists, Tomasz Tungus, de chez Redpoint capital. Sur la base de chiffres fournis par le cabinet d'études Mattermark, il a analysé les secteurs qui ont généré le plus de levées de fonds et ceux où la hausse des montants a été la plus rapide sur la période 2012-2015.

Secteurs où la hausse des fonds de VC a été la plus rapide entre 2012 et 2015

Ce sont deux secteurs très différents qui se retrouvent au sommet: Bitcoin et partage de photos. Sur les trois dernières années, ces deux secteurs ont vu les investissements augmenter sur un rythme extrêmement élevé, dépassant les 150%. Si la flambée du Bitcoin a pu légitimement susciter les appétits d'investisseurs, certains scandales et faillites d'entreprises l'hiver dernier pourraient freiner l'euphorie dans ce secteur dans les mois à venir.

Le succès des solutions de partage de photos est plus surprenant: plusieurs acteurs installés sur ce secteur depuis plusieurs années (Pinterest, Instagram, Flickr ou Picasa) sont désormais solidement arrimés au sommet. Mais, sur les trois années écoulées, cette branche bénéficie des investissements de Facebook (qui a racheté Instagram pour un milliard de dollars) qui ont servi d'incitation à d'autres investisseurs pour injecter des fonds dans d'autres startups. Au printemps 2014, Pinterest avait réussi à lever 200 millions de dollars, atteignant une valorisation de cinq milliards de dollars. Quelques mois plus tard, une nouvelle levée de fonds de 367 millions de dollars propulsait la startup à une valorisation de onze milliards de dollars. Sur les neuf startups valorisées à plus de cinq milliards de dollars, plusieurs permettent de partager des photos, qu'il s'agisse de leur core business ou d'une activité intégrée à un système de messagerie ou de stockage de fichiers (Snapchat, Dropbox).

Pour autant, si la croissance est forte dans ces deux secteurs (mais également dans les branches du stockage des données, du voyage spatial, ou des transports), les montants restent encore loin de ceux levés pour les branches les plus attractives.

Les secteurs qui ont levé le plus de fonds de VC entre 2014 et 2015

Dans ce palmarès bâti sur les sommes investies au cours des douze derniers mois, deux secteurs se détachent du lot: l'hospitalité et les transports. A eux deux, ces branches ont réuni près de 13% du total des fonds investis dans des startups aux Etats-Unis (respectivement 6,71 et 6,16%). Il faut dire que ce secteur surfe sur une tendance de fond avec la sharing economy et peut bénéficier de locomotives extrêmement puissantes comme Uber ou Airbnb. En fin d'année 2014, Uber a levé 1,2 milliards de dollars pour atteindre une valorisation de 40 milliards (elle serait proche de 50 milliards désormais). Quelques mois plus tôt, c'est Airbnb qui annonçait une levée de fonds comprise entre 400 et 500 millions de dollars.

Une «deuxième division» des secteurs comprend les voyages et la banque, qui ont réuni respectivement 2,47% et 1,85% des fonds de capital risque placés aux Etats-Unis. Si la branche bancaire n'a crû que de 65% entre 2012 et 2015, la fintech concentre énormément d'attentes de la part des investisseurs qui voient les solutions de paiement innovantes venir bouleverser les habitudes et s'attendent à ce que la révolution touche désormais la gestion de fortune, le négoce des matières premières ou d'autres spécialités.

Tendance du tourisme, passion pour l'espace

Pour les voyages, la croissance s'inscrit dans le même trend que les transports et l'hospitalité: le croissance du secteur du tourisme à l'échelle mondiale fait naître des startups dans tous les pays du globe, et les investisseurs ont compris que les différentes déclinaisons de cette tendance devraient générer des chiffres d'affaires extrêmement importants dans les années à venir. Les investissements dans la gastronomie et les boissons (Food & beverages) sont à rapprocher de ce phénomène: ils ont réuni 1,04% des fonds de VC ces derniers mois aux USA et ont augmenté de 97% par an en moyenne depuis 2012.

Tout juste ensuite, le secteur spatial a quasiment réuni 1% des fonds de capital risque aux Etats-Unis. Un succès qui s'appuie sur plusieurs facteurs: la clientèle visée par le tourisme spatial dispose de moyens financiers extrêmement élevés, le secteur s'ouvre au privé après avoir très longtemps été l'apanage d'agences publiques (NASA, ESA), et les investisseurs sont souvent des milliardaires passionnés (Richard Branson, Elon Musk) qui n'hésitent pas à dépenser sans compter pour réaliser leurs rêves d'aventure spatiale.

Selon les données de Mattermark utilisées par Tomasz Tungus, plus de six milliards de dollars ont été levés en 2014 aux Etats-Unis pour financer des startups. Et selon le venture capitalist de Redpoint capital, cette somme pourrait aller en augmentant sensiblement dans les années à venir, mais les bénéficiaires se diversifier bien davantage, les investisseurs explorant des secteurs encore sous-exploités et aux potentiels élevés.

«»

 

 

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."