Bilan

Une voiture de sport qui mêle vitesse et silence

Tester une Tesla est une expérience incomparable que propose la société Green Cars à toutes les entreprises.

Avec ses Tesla, Green Cars a organisé la première journée «Emission impossible» sur le circuit Paul Ricard au Castellet pour une société allemande. Cette dernière souhaitait organiser pour ses cadres un séminaire annuel sous le signe de la mobilité zéro émission. Comment ne pas être séduit par le concept? La Tesla possède des performances similaires à celles d’une Porsche turbo. Elle grimpe à 100 km/h en 3,7 secondes grâce à un moteur de 215 kW (280 chevaux environ). Alors qu’il s’agit d’un véhicule entièrement électrique, ne générant aucune nuisance pour l’environnement.

Cela étant, ce que propose Green Cars aux entreprises de Suisse n’a rien à voir avec la vitesse, au contraire. «Il s’agit d’apprendre à gérer l’espace, le temps imparti et l’énergie disponible. Le gagnant du challenge énergétique est celui qui aura économisé le plus d’électricité, tout en arrivant dans le laps de temps imparti», résume Erik Comas, fondateur de cette start-up et ancien pilote avec une soixantaine de Grand Prix de formule 1 à son actif, entre autres. Sur les 2500 roadsters fabriqués par Tesla Motors, environ 150 ont été vendus en Suisse, dont les six que possède Green Cars pour sa clientèle. Pour des raisons pratiques, les rallyes partent généralement de l’hôtel genevois de La Réserve, à Bellevue, où Erik Comas dispose des installations de recharge nécessaires. Les gagnants du quiz organisé par Bilan cet été ont ainsi suivi un parcours qui les a menés jusqu’à Romainmôtier et retour, soit une distance totale de 150 km.

«L’autonomie du véhicule est de 340 km, mais sur l’autoroute, elle n’est que de 300 km. Mon record personnel s’élève à 430 km.» La Tesla est équipée d’un système de récupération d’énergie qui se met en marche lorsque l’on décélère. Sauf que si le conducteur décélère trop, la voiture s’arrête. Ce qui signifie qu’il faut décélérer progressivement. En fait, ce sont les relances et les montées qui consomment le plus.

L’œil sur le compteur

 

Une fois installé dans le cockpit de cette voiture de sport biplace, on peut lire sur un compteur la consommation d’énergie en wattheures par kilomètre. «Lorsque l’on est dans la zone verte, cela signifie que l’on récupère de l’énergie. Dès qu’on passe dans la zone blanche, on en consomme. Un autre compteur indique l’autonomie restante. Au départ, il s’agit bien entendu d’une projection. Pour la boîte de vitesses, la Tesla fonctionne un peu selon le principe d’une boîte automatique, avec juste une marche avant et une marche arrière. Pour éviter que la Tesla ne consomme trop, ses concepteurs n’ont pas installé de direction assistée.

Cela étant, elle pèse tout de même 1250 kilos, dont 450 kilos de batteries.» Pour le challenge, Erik Comas distribue à chaque navigateur un road book contenant le relevé précis de la distance entre chaque intersection. Il y a ainsi une cinquantaine de points pour arriver à bon port lors de la première étape, puis une quarantaine au retour. Les départs entre chaque équipage se déroulent généralement toutes les deux minutes. Il faut compter 1 h 50 pour rallier Romainmôtier, y compris les vingt minutes de pause imposée.

Une vérification des cartons de pointage est effectuée par l’organisateur qui distribue les éventuelles pénalités. Par exemple, si le participant a parcouru 85 km au lieu de 80, cela lui fera 5 points de pénalité. «Le gagnant est celui qui aura le moins de points de pénalité à la fin de la journée.» Ce jour-là, il n’y a pas eu besoin d’en distribuer.

Crédits photos: Olivier Evard

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin de cette année.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."