Bilan

Une technologie solaire suisse révolutionnaire encensée par le MIT

Chercheur au sein du labo de Michael Graetzel à l’EPFL, Michael Saliba figure dans une liste de jeunes innovateurs sélectionnés par le MIT où l’ont précédé les fondateurs de Google et Facebook.

Chercheur à l'EPFL, Michael Saliba est distingué parmi les meilleurs jeunes innovateurs pour des cellules solaires révolutionnaires.

Crédits: DR

Depuis vingt ans la sélection mondiale des 35 meilleurs innovateurs de moins de 35 ans de la Technology Review du Massachussetts Institute of Technology (MIT) sert à repérer les futures célébrités de la tech. Les fondateurs de Google Sergey Brin et Larry Page de même que celui de Facebook Mark Zuckerberg y ont par exemple figuré longtemps avant que leurs entreprises ne connaissent un succès planétaire.

Lire aussi: «L’EPFL est un fournisseur de talents pour toute la Suisse»

Il n’est donc pas indifférent que pour la première fois un chercheur de l’EPFL ait été sélectionné cette année. D’autant moins que l’innovation que porte Michael Saliba, 34 ans, est de nature à révolutionner la production d’énergie.

Des pérovskites aussi efficaces que le silicium

Les panneaux en silicium cristallin représentent aujourd’hui l’essentiel de la production solaire. Leur prix a baissé mais il demeure élevé. En outre, cette technologie atteint des limites en termes d’efficacité. Avec celui d’Henry Snaith à Oxford, le laboratoire du professeur Michael Graetzel à l’EPFL développe lui des panneaux à base de matériaux dont ils ont découvert les propriétés photovoltaïques: les pérovskites. Ces nouveaux matériaux qui se présentent comme des encres sont la promesse d’une énergie solaire bon marché. Leur efficacité demeurait cependant limitée.

Lire aussi: Romande Energie met en service son plus grand parc solaire

Le travail de recherche de Michael Saliba a précisément consisté à augmenter cette efficacité à transformer la lumière en électricité de 4% à 22%, soit plus très loin des 25,6% du silicium. «Nous y sommes parvenus d’abord en ajoutant de nouveaux éléments organiques puis des éléments inorganiques dans ces matériaux hybrides», explique le chercheur.

Vers la création d’une start-up?

Ces avancées sont-elles de nature à déboucher sur un spin-off de cette technologie pour créer une entreprise? Michael Saliba dit l’envisager même s’il souhaite pouvoir poursuivre sa carrière académique. Il faut dire que ses travaux ont aussi consisté à faciliter la production de ces encres de pérovskites, à les stabiliser pour augmenter leur durée de vie et à les encapsuler dans des polymères (du plastique). «L’avantage de cette technologie est d’être flexible», poursuit le jeune chercheur d’origine allemande. Cela ouvre la possibilité de nombreuses applications.

Michael Saliba estime qu’une production industrielle est envisageable à l’horizon de la fin de la décennie. On verra si d’ici là l’académie Nobel considère que les pérovskites sont dignes après les nanotubes de carbone et le graphène des honneurs de son prix de chimie?  La reconnaissance de Michael Saliba par le MIT ne fera en tout cas pas de mal à la candidature de Michaël Graetzel qui est sur la shortlist du Nobel de chimie depuis plusieurs années. Et cela propulserait l’EPFL qui vient de gagner 16 places (76ème) dans le classement des universités de Shanghai dans le Top 50.

Lire aussi: Cleantech: les start-up se cachent pour grandir

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."