Bilan

Une startup helvético-japonaise veut révolutionner le marché des robots

Créée en juillet 2014, Rapyuta Robotics a récolté près de 3 millions de francs auprès de cinq investisseurs en janvier dernier. Elle combine informatique en nuage et robotique.

La start-up Rapyuta Robotics se base sur l'informatique en nuage. 

Crédits: shutterstock

Une nouvelle génération de robots pourrait voir le jour à Zurich. C'est en tout cas le défi que s'est lancé Rapyuta Robotics. Jeune pousse helvético-japonaise qui émane de l'EPFZ, elle a été créée en juillet dernier par Gajamohan Mohanarajah, Arudchelvan Krishnamoorthy, tous deux originaires du Sri Lanka, et Dominique Hunziker.

«Après un doctorat d'ingénieur à l'EPFZ, nous avons décidé de rester à Zurich, car j'y ai noué de nombreux contacts dans la recherche, ce qui constitue un avantage. Mais comme mon confrère Sri Lankais et moi-même avions auparavant étudié au Japon et que nous parlons la langue, il était plus facile de nouer des contacts avec des investisseurs japonais que suisses. Par ailleurs, nous avons privilégié le Japon qui a les meilleures infrastructures dans le secteur de la robotique. Pour Rapyuta Robotics, disposer d'un siège à Tokyo et d'un centre de recherche à Zurich constitue la solution idéale», confie Gajamohan Mohanarajah, directeur de la start up qui emploie 14 collaborateurs.

Petits robots autonomes 

La particularité de Rapyuta Robotics est de se baser sur le cloud pour développer de petits robots légers, totalement autonomes, capables de partager des informations, d'interagir et d'apprendre en fonction de leur environnement.

«Nous sommes la première entreprise qui veut combiner l'informatique en nuage et la robotique. Deux clients sont intéressés par nos applications, l'un dans le domaine de la sécurité, l'autre dans le secteur de l'énergie éolienne. Dans le premier cas, il s'agit de développer un robot qui permet de rendre les systèmes d'alerte plus rapide en cas de problème. Dans le second cas, nous développons un robot capable de vérifier la présence de fissures dans les pales des éoliennes. Ainsi, on pourrait réduire à deux heures la durée d'arrêt des éoliennes, contre un jour actuellement», explique Gajamohan Mohanarajah.

Grâce à ce positionnement, Rapyuta Robotics a réussi à récolter 2,7 millions de francs auprès de cinq investisseurs japonais, dont Cyberdyne, un des leaders de la robotique des soins au Japon. «Avec cet argent, nous sommes en train de développer un prototype et espérons commercialiser notre premier produit l'an prochain. Nous avons suffisamment d'argent pour financier notre développement. Désormais, nous recherchons davantage un partenaire stratégique. Au niveau des effectifs, nous voulons aussi engager plus d'ingénieurs au Japon. Il est important d'être proches de nos clients», conclut le directeur général de Rapyuta Robotics.  

Daniel Eskenazi

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."