Bilan

Une start-up de l’EPFL décroche son billet sur Space X

Astrocast a obtenu une place sur une Falcon 9 de Space X pour mettre en orbite cet été le premier des mini satellites de sa constellation en orbite basse.
  • Une fusée Falcon 9 de SpaceX mettra en orbite l'été prochain le premier mini satellite de l'opérateur suisse Astrocast. 

    Crédits: DR
  • Astrocast s'apprête à opérer une constellation de 64 satellites dédiés à l'Internet des objets. 

    Crédits: DR

En 2009, l’équipe du Swisscube du Centre spatial suisse de l’EPFL réussissait la mise en orbite du premier satellite entièrement Swiss made grâce à un lanceur indien. Ce microsatellites de 10 centimètres de côté était destiné à surveiller l’«airglow » un phénomène luminescent des hautes couches de l’atmosphère. Sur la base de ce premier succès, une équipe menée par Fabien Jordan, pionnier de l’aventure Swisscube, crée en 2014 la start-up Else, rebaptisée Astrocast désormais, avec le projet de mettre en orbite une constellation de 64 satellites en orbite basse.

Lire aussi: Ruag surfe sur la renaissance du spatial

L’entreprise vient d’obtenir le feu vert de Space X, l’entreprise spatiale fondée par le patron de Tesla Elon Musk, sur une fusée Falcon 9 pour la mise en orbite de son premier satellite en orbite polaire (d’un pôle à l’autre) au mois d’août prochain. Le tir est prévu de la base VandenBerg de l’US Air Force au nord de Los Angeles. Une première qui en annonce d’autres. Un second lancement, cette fois sur un lanceur indien, est aussi agendé pour la même période.

Un LoRa spatial

Le projet d’Astrocast est de déployer un total de 64 de ses microsatellites en orbite basse (huit par plan orbital) afin de couvrir les zones inhabitées où les objets de l’internet des objets (IoT) ne seront pas connectés aux nouveaux réseaux terrestres dédiés de type LoRa ou Sigfox.

Lire aussi: Elon Musk veut envoyer sa Tesla décapotable dans l'espace

Partant du principe qu’il est inutile d’avoir un gros tuyau pour faire circuler les petits paquets de données émis par les capteurs (de température ou d'humidité par exemple) des objets connectés, ces réseaux reposent sur des stations de base positionnées à plus longue distance que celle des réseaux mobiles classiques. Les satellites d’Astrocast les complètent pour les 90% de la surface de la terre où il ne sera pas économique de déployer de telles stations.

Airbus Ventures parmi les investisseurs

Ce déploiement positionne la start-up helvétique comme un opérateur de satellites dédiés à l’internet des objets avec aussi le déploiement d’une structure au sol et ses propres logiciels. Alors que des acteurs comme OneWeb cherchent à déployer des satellites plus puissants pour l’internet à large bande destiné en particulier au flux vidéos, Astrocast a trouvé une niche sur un marché spatial redynamisé par les privés dans la foulée de Space X.

De la surveillance de l’environnement aux activités maritimes comme la pêche en passant par l’agriculture, les applications ne manquent pas pour déployer des capteurs qu’il ne serait pas économique de relier à des infrastructures terrestres. Grâce à leur taille, les mini satellites d’Astrocast sont particulièrement bon marché, l’ensemble du projet étant estimé à entre 50 et 60 millions de francs en dépenses en capital. Airbus Ventures a d’ailleurs reconnu ce potentiel en prenant la tête d’une première levée de fonds de 3 millions de dollars l’été dernier.

Lire aussi: L'Europe fidèle à la future Ariane 6 malgré les succès du réutilisable

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."