Bilan

Une puce électronique à s’implanter sous la peau

Un studio de tatouage zurichois lance l’implantation de chip pour les adeptes de modifications corporelles et suscite un immense intérêt chez les geeks. Le début d’un trend technologique ?
  • Un premier pas vers l'homme "augmenté" par la technologie, comme Iron Man, avec les possibilités ouvertes par l'implant RFID. Un studio de tatouage zurichois fait figure de pionnier en proposant cette offre encore rarissime.

  • Au studio Mitico Bodycult, on peut se faire injecter sous la peau une puce électronique RFID.

    Crédits: Mitico Bodycult
  • Les données stockées sur la puce sont consultables sur un smartphone équipé de la technologie NFC, lorsqu'il est appliqué sur l'implant à travers la peau.

    Crédits: Mitico Bodycult
  • Patron du strudio, Deady Leeman a stocké sur la puce qu'il a dans la main un message d'amour à son épouse, Fabienne.

    Crédits: Mitico Bodycult
  • Placé sous la peau, l'implant RFID provoque un léger relief.

  • L'implant est de la taille d'un grain de riz.

  • Sur la radiographie, les implants sont visibles entre le pouce et l'index de chaque main.

    Crédits: Wired
  • Le studio Mitico Bodycult se situe dans le nord de Zurich, à Oerlikon.

    Crédits: Mitico Bodycult
  • Les amateurs peuvent bénéficier d'une offre spéciale pour 100 francs au lieu de 150, dimanche 31 août dès midi.

« Depuis la parution de l’article de 20 Minuten, le téléphone n’arrête pas de sonner. Nous sommes sollicités par les média, les membres de la scène des modifications corporelles et aussi par beaucoup de geeks de trente à cinquante ans. » Patron du studio de tatouage et modifications corporelles Mitico Bodycult à Zurich-Oerlikon, Deady Leeman présentait vendredi dernier dans l’édition zurichoise du quotidien gratuit une nouvelle prestation : l’implantation d’une puce électronique sous la peau, pour la somme de 150 francs.

« L’implant est de la taille d’un grain de riz et offre une quantité infinie de possibilités. On peut s’en servir pour déverrouiller son portable ou son ordinateur par simple contact à travers la peau. Il peut servir aussi à ouvrir des serrures, une voiture, mémoriser son groupe sanguin ou encore stocker des données », poursuit Deady Leeman.

Le Zurichois porte déjà une puce, ainsi que son épouse et une collègue du studio. « Nous avons d’abord testé la méthode sur nous-mêmes. Sur ma puce, j’ai stocké le nom de ma femme et elle a inscrit le mien sur la sienne. » La version 2014 du tatouage dédié à son amoureuse présente comme avantage sur l'encre indélébile le fait que l'on puisse aisément reprogrammer le nom inscrit dans la puce...

Des implants courants chez les animaux

Deady Leeman a eu l’idée de l’implant électronique suite à la visite d’une amie qui travaille pour l’association de défense des animaux Arche Noah (Arche de Noé). "Elle s’interrogeait sur la sensation que provoquerait chez l’homme le fait d'être implanté d'une puce électronique, comme celles qui sont aujourd’hui posées couramment chez les chiens et les chats pour les localiser. » 

Le chip est emprisonné dans un bio-verre qui ne provoque pas de réaction dans le corps humain. L’implant doit se placer sur la main pour permettre de récupérer des données, par communication en champ proche, en anglais near field communication, en abrégé NFC. Cette technologie de communication sans fil à courte portée et haute fréquence permet l'échange d'informations entre des périphériques jusqu'à environ 10 centimètres, indique Wikipedia. La NFC équipe aujourd’hui des cartes utilisées dans les transports, dans le commerce ou pour l’accès à certains services publics et de plus en plus, pour des ordinateurs mobiles.

Le système d’enregistrement fonctionne grâce à la technologie de « radio-identification », désignée par le sigle RFID, à partir de l'appellation anglaise radio frequency identification. Cette méthode permet de mémoriser et récupérer des données à distance grâce à des « radio-étiquettes » (RFID tag). Il s’agit de composants électroniques de quelques millimètres qui se collent comme des étiquettes. Ils peuvent aussi être incorporés dans des produits ou implantés dans des organismes vivants animaux et humains.

Pour lire les informations stockées sur la puce, il suffit d'approcher son téléphone portable de la main implantée. Démonstration en vidéo

 

Offre spéciale chez Mitico Bodycult

Le 31 août prochain dès midi, Mitico Bodycult propose l'implantation de la puce pour seulement 100 francs au lieu de 150 dans le cadre d'une offre de lancement. Tous les bénéfices de cette journée seront versés à l’association zurichoise de protection des animaux Arche Noah.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."