Bilan

Une machine miraculeuse pour transformer l'eau en vin

Deux Américains ont créé une machine qui élabore du vin à partir de l'eau et d'une série d'ingrédients. Ils affirment que leur breuvage vaut les meilleurs crus.
  • La carafe se présente sous la forme d'une jarre en céramique.

    Crédits: Image: The Miracle Machine
  • Kevin Boyer produit du vin dans la Napa Valley depuis de nombreuses années.

    Crédits: Image: The Miracle Machine
  • Philip James est diplômé en chimie et a déjà monté plusieurs startups dans la Silicon Valley.

    Crédits: Image: The Miracle Machine
  • Le processus est commandé via une appli à télécharger sur le smartphone, lequel est relié via Bluetooth à la carafe.

    Crédits: Image: The Miracle Machine
  • Les deux inventeurs affirment que la pièce maîtresse de leur carafe est cette chambre de fermentation.

    Crédits: Image: The Miracle Machine
  • Grâce à une succession de filtres et de pièces destinées à mêler les ingrédients, l'eau est transformée en vin.

    Crédits: Image: The Miracle Machine
  • Le peintre vénitien Veronese a imaginé ainsi la scène des Noces de Cana au cours desquelles Jésus transforme l'eau en vin quand le breuvage vient à manquer.

    Crédits: Image: DR

Difficile de ne pas penser à l'Evangile quand Kevin Boyer et Philip James présentent leur machine: ces deux entrepreneurs de la Silicon Valley et de la Napa Valley, en Californie, ont dû lire et relire le passage des Noces de Cana avant de se lancer dans le business. Transformer l'eau en vin: seul Jésus avait réussi cela, selon Saint Jean.

Près de 2000 ans après ce qui semble avoir été l'un des premiers miracles accomplis par Jésus selon l'Evangile de Jean, deux Californiens affirment que le miracle est à portée de main. Mais pour ce faire, il faut acheter leur carafe miraculeuse, The Miracle Machine.

Trois jours pour un vin

Sur le principe des machines à faire des sodas, ils invitent les utilisateurs à emplir leur carafe connectée avec de l'eau puis à procéder en trois étapes: ajouter les ingrédients voulus, choisir via une appli sur son smartphone le type de vin choisi et le caractère voulu, puis laisser la carafe agir pendant trois jours.

Pour arriver à ce résultat, les deux hommes ont conjugué leurs compétences: Kevin Boyer produit du vin dans la Napa Valley, le spot le plus prestigieux des vins californiens, tandis que Philip James, diplômé en chimie, a amené une expertise scientifique, tout en étant lui-même passionné de vin. C'est ainsi que les deux se sont associés au sein de Custom Wine, Kevin Boyer en tant que président et CEO, Philip James en tant que chairman. Cette société offre de composer des vins via des assemblages et des sélections issues des plus prestigieux vignobles du monde entier. Avec The Miracle Machine, ils franchissent donc une étape supplémentaire.

Des ingrédients à commander sur le web

Pour réaliser un rouge charpenté aux arômes de sous-bois, le consommateur devra donc commander sur leur site ou via des plateformes type Amazon des sachets d'ingrédients à intégrer à la machine avec de l'eau. Une fois les ingrédients introduits et la carafe refermée, il faut choisir le type de vin voulu et sélectionner les caractéristiques désirées via l'appli téléchargée sur smartphone. Le téléphone et la carafe sont reliées via bluetooth. Le processus démarre alors dans la chambre de fermentation de la carafe.

Aucun oenologue n'a encore pu valider leur processus. C'est donc sur la seule base de leurs propos que les clients sont invités à faire leur choix... Pas encore commercialisée, l'invention cherche actuellement des modes de production, des canaux de distribution et des financements complémentaires pour voir le jour. Les deux inventeurs espèrent que leur principal argument (obtenir un vin de qualité rapidement et à bas coût) leur permettra de mener à bien ce projet.

The Miracle Machine from The Miracle Machine on Vimeo.

 

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."