Bilan

Une application invite les employés à se rencontrer

Avec NeverEatAlone, Marie Schneegans recrée du lien sur les lieux de travail. Elle fait partie des baby entrepreneurs mis en avant par Bilan et qui, à moins de 25 ans, lancent leur start-up.

La Lausannoise Marie Schneegans a eu l’idée de son appli après un stage à Zurich.

La jeune Lausannoise Marie Schneegans n’a pas (encore) terminé ses études. Mais elle a fait une parenthèse dans son cursus afin de développer une appli qui rencontre un succès phénoménal : NeverEatAlone. Grâce à elle, les grandes entreprises recréent du lien entre leurs collaborateurs, et ces derniers sortent de leur secteur pour partager leurs passions ou s’ouvrir à d’autres activités.

«Tout est né lors d’un stage dans une grande banque de Zurich. Je ne voulais pas manger seule et je suis allée frapper aux portes des collègues d’autres services pour leur demander de m’expliquer leurs missions. Je me suis demandé pourquoi il n’existait pas une appli sur smartphone pour permettre de telles rencontres», confie la jeune femme âgée de 23 ans.

Aussitôt son stage terminé, elle prend part à un hackathon à Berlin afin de mettre au point un prototype et gagne le droit d’être incubée dans la Silicon Valley: l’aventure NeverEatAlone est lancée. Rapidement, sa solution séduit des multinationales (Allianz, Vinci…). «Le principe est simple: chacun renseigne son lieu de travail, son domaine d’activité, ses hobbies, et il est possible de consulter les fiches des collègues et de les inviter à un lunch, soit en tête à tête, soit pour des déjeuners de groupe thématiques, autour d’un loisir ou d’un projet», détaille Marie.

Des équipes à Paris et New York

Quant au business model, il est lui aussi très simple: l’appli est gratuite pour les utilisateurs, mais l’entreprise paie un abonnement et bénéficie d’une solution personnalisée aux besoins de la société, avec un accompagnement sur mesure proposé par Marie et ses équipes. Celles-ci, basées à Paris et New York, sont déjà fortes d’une quinzaine de personnes et devraient croître dans les mois à venir. Quant au lien avec la Suisse, il n’est pas oublié: «J’ai en projet d’ouvrir un bureau en Suisse romande», assure la cheffe d’entreprise. Et ses études? «J’ai promis à mes parents de les reprendre, je fais juste une pause», sourit-elle.  

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."