Bilan

Un premier bébé pour la start-up suisse Ava

Implantée à Zurich et à San Francisco, la medtech est en plein essor. Ses bracelets de fertilité informent les femmes désireuses d’avoir un enfant.

Né cet été aux Etats-Unis, Jace est le premier bébé dont les parents ont utilisé la technologie Ava.

Crédits: Dr

Le premier bébé conçu avec l’aide de la technologie helvétique de la start-up Ava est né cet été dans l’Utah, aux Etats-Unis. C’est un petit garçon en pleine santé de trois kilos nommé Jace. «Ce premier bébé Ava représente un énorme jalon pour nous, parce qu’il rend nos objectifs tangibles. Ce bébé fait le bonheur de ses parents, ce qui justifie toute l’énergie que je mets dans notre entreprise», commente Lea von Bidder, fondatrice d’Ava.

Cette diplômée de l’Université de Saint-Gall est derrière la conception d’un «bracelet de fertilité». Cet outil mesure le pouls, la température de la peau, le rythme cardiaque, la respiration et cinq autres paramètres durant le sommeil. Sur la base de ces données, l’application smartphone correspondante identifie les jours de fertilité dans le cycle menstruel. 

Lire aussi: L'immobilier bascule dans l'ère numérique

Fondée en 2014, Ava emploie 35 collaborateurs à Zurich et 5 à San Francisco. Avec Swisscom et la Banque Cantonale de Zurich comme premiers investisseurs, la start-up a levé plus de 10 millions de dollars auprès de Polytech Ecosystem Ventures (liée à l’EPFL), de Blue Ocean Ventures (basée à Genève et à Hongkong)et de Global Sources.

«Depuis le lancement du produit, plus de 500 utilisatrices d’Ava nous ont annoncé une grossesse. Comme nous enregistrons une forte croissance des ventes, le rythme s’accélère avec maintenant cinq à dix nouvelles grossesses chaque jour», poursuit Lea von Bidder. Le bracelet Ava est vendu depuis août 2016 aux Etats-Unis, qui représentent le premier marché de la start-up. En Europe, la plus forte demande vient d’Allemagne, France, Suisse et Espagne. 

Les promesses des «femtechs»

Ava se profile d’ores et déjà comme une grande start-up medtech dans le domaine récent des «femtechs», soit les technologies visant des besoins spécifiquement féminins. Le champ d’application du bracelet Ava pourrait à l’avenir s’étendre à l’identification de troubles comme le syndrome des ovaires polykystiques, la détection de grossesse, et peut-être même la contraception. Lea von Bidder souligne : «Notre succès démontre un réel besoin pour davantage de développements dédiés à la santé des femmes.»  

Lire aussi: L'étoile montante des medtechs

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."