Bilan

Un pionnier biennois dans la lutte contre les micropolluants

Nous avons développé des techniques de pointe pour éliminer les micropolluants des eaux usées.» Michel Muller, CEO d’Alpha UT à Nidau, près de Bienne, effectue un travail de pionnier. Les micropolluants représentent aujourd’hui un mal sournois pour les lacs et les rivières. Si ces substances contenues notamment dans les médicaments ne sont pas éliminées des eaux usées avant leur rejet en milieu naturel, elles peuvent modifier l’écosystème des cours d’eaux. L’éthinylestradiol, le principe actif de la pilule contraceptive, provoque par exemple la féminisation des poissons mâles.

Dans l’état actuel des techniques, les installations retiennent seulement 25 à 40% des micropolluants. Face à ce problème, la Confédération étudie un projet de loi obligeant une centaine de stations d’épuration (STEP) de Suisse à éliminer 80% de ces substances. Elles devront s’équiper d’un traitement adéquat. Ce marché est aujourd’hui estimé à plus de 1,2 milliard de francs.

Un énorme potentiel commercial

Afin de se positionner en amont sur ce marché, Alpha UT a mis en place avec la collaboration de la direction technique de Veolia Environnement un pilote de taille industrielle baptisé ActifloCarb®. Ce procédé révolutionnaire repose sur la combinaison des propriétés du charbon actif avec d’autres méthodes d’épuration. Partiellement financé par la Confédération, ce projet prend place sur le site de la STEP de Schönau dans le canton de Zoug. Ainsi, Alpha UT devrait être à même d’offrir à une centaine de STEP une solution efficace pour éliminer les micropolluants au moment où la législation entrera en vigueur. Un potentiel commercial énorme.

Active dans le traitement de l’eau potable et des eaux usées en Suisse et au Luxembourg, Alpha UT affiche plus 400 installations à son actif. En font partie la STEP de Genève et celle de Berne, des réalisations qui ensemble s’élèvent à 100 millions de francs. La firme biennoise travaille aussi sur des projets à l’étranger soutenus par le Secrétariat à l’Economie (SECO) dans le cadre de l’aide au développement. Il s’agit essentiellement de la construction ou la rénovation de stations de traitement d’eau potable ou eaux usées.

Créée en 1928 à Nidau, Alpha UT a créé son département « Traitement des eaux usées » en 1960. La PME s’impose comme un leader helvétique dans ce domaine.  En 2002, le groupe français Veolia Environnement (ex-Générale des Eaux) a acquis l’entreprise dans une stratégie d’expansion en Suisse. Mais la transition est difficile, les résultats plongent et l’effectif fond de moitié. En 2006, Veolia Environnement demande alors à Michel Muller de prendre la tête de l’entreprise. L’ingénieur dirige à ce moment sa propre entreprise d’automatisme et d’informatique industriels, Amics. A ce titre, ce Genevois d’origine collabore déjà depuis longtemps avec Alpha UT et connaît bien la firme.

Doublement du chiffre d’affaires

« Veolia a repris ma société, tandis que je passais chez Alpha UT. Je dirige maintenant les deux firmes qui sont partenaires au sein du groupe », relate Michel Muller. Depuis l’arrivée du nouveau patron, le chiffre d’affaires d’Alpha UT a doublé,  pour atteindre 20 millions de francs. L’effectif actuel est de 25 personnes.

Mary Vacharidis

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."