Bilan

Un jeu vidéo suisse en tête sur l'Oculus Store

Lancé sur la plateforme d'apps du masque de réalité virtuelle Oculus le 8 décembre, le jeu Anshar Wars, développé par les Lausannois d'Ozwe Games, cartonne et se retrouve en tête des essais et des notes.
  • En quelques semaines, Anshar Wars est devenu le jeu le plus noté et avec les meilleures appréciations sur l'Oculus Store.

    Crédits: Image: Ozwe Games
  • Ozwe Games est mis en avant par Oculus et Samsung qui ont utilisé des visuels du jeu suisse pour leur communication sur les dispositifs de réalité virtuelle.

    Crédits: Image: Ozwe Games

Anshar Wars partait avec une série de caractéristiques qui avaient tout pour relever du handicap sur la ligne de départs des jeux vidéos à développer pour les masques de réalité virtuelle Oculus Rift et Samsung Gear VR: un tout petit studio, Ozwe Games, situé en Suisse et non dans la Silicon Valley, avec un choix de gameplay très «bougeant» pour le joueur (alors qu'Oculus recommandait aux développeurs de ne pas aller dans cette direction pour ne pas rendre malades les utilisateurs)... Pourtant, quelques mois plus tard: ces «handicaps» se sont mués en atouts. Et Anshar Wars se retrouve en tête sur l'Oculus Store, qui a été ouvert le 8 décembre dernier: aucun jeu n'a été autant noté (460 avis) et aucun jeu n'a obtenu d'aussi bonnes notes (4.5/5 en moyenne).

Pour Stéphane Intissar, CEO d'Ozwe Games, ce succès «valide des stratégies audacieuses, avec un dispositif qui encourage le joueur à se déplacer librement dans l’environnement virtuel, mais basé sur une technologie qui lui évite de se sentir nauséeux». D'où une prime pour Anshar Wars par rapport à la soixantaine d'autres apps disponibles sur l'Oculus Store, plus statiques et moins enthousiasmantes. Car c'est bien de l'enthousiasme que le jeu suisse a généré auprès des spécialistes internationaux qui l'ont testé.

Sur les salons de la branche, le jeu est régulièrement mis en avant par Oculus et Samsung pour les démos. Et Stéphane Intissar mise beaucoup sur les prochaines échéances du Mobile World Congress de Barcelone du 2 au 5 mars et la Game Developers Conference de San Francisco. Avec l'espoir de susciter les mêmes réactions enthousiastes de la part des testeurs que lors du CES de Las Vegas en début d'année.

Cette vague de réactions positives a également eu un autre effet positif pour Ozwe Games: des investisseurs ont apporté des fonds au studio lausannois, qui ont permis de tripler les effectifs par rapport au noyau qui avait initié le jeu l'été dernier. Désormais, sur la dizaine de collaborateurs, le studio fournit la moitié du travail de développement sur le jeu, tandis que l'autre moitié est effectuée en collaboration de partenaires suisses, avec juste l'enregistrement des voix en langue anglaise réalisé à l'étranger. Car la version actuellement disponible du jeu sur l'Oculus Store sera enrichie dans les mois à venir.

En attendant, la version actuelle a déjà convaincu Oculus et Samsung qui l'ont mis en avant sur leur page présentant le dispositif Gear VR et même sur le carton d'emballage du masque de réalité virtuelle développé conjointement par la firme coréenne et le grand nom de la réalité virtuelle.

A plus longue échéance, Ozwe Games est dans les starting-blocks pour d'autres plateformes. Récemment, le brevet déposé par Apple pour un masque de réalité virtuelle intégrant un smartphone a été dévoilé. Stéphane Intissar suit de près ces développements: «Je sais qu'après plusieurs embauches dans ce domaine, de nouveaux recrutements ont été ouverts par Apple pour développer un produit de réalité virtuelle». Et d'assurer que «Anshar Wars pourrait très bien être porté sur iOS, mais ça dépendra aussi d'Oculus et de Samsung, avec qui nous avons des accords, pour des questions de droits et de partenariats».

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."