Bilan

Un fuselage d'avion intelligent qui prévient en cas de choc

Les matériaux intelligents débarquent: le constructeur aéronautique britannique BAE met au point un revêtement intelligent qui préviendra les pilotes en cas de problème et pourra même réparer seul certains dommages.
  • Le constructeur aéronautique britannique BAE Systems travaille à la mise au point d'un revêtement intelligent pour les avions de demain.

    Crédits: Image: BAE Systems
  • Les ingénieurs ont développé des capteurs miniatures qui transmettent des informations détectées au niveau du fuselage.

    Crédits: Image: BAE Systems

Un choc avec un objet au décollage ou une rencontre inattendue avec un oiseau ou un autre objet en plein vol: ces incidents sont souvent à l'origine d'accidents aériens voire de crashs. Pourtant, si l'équipage était averti à temps des dégâts occasionnés, il pourrait souvent réagir et sécuriser l'aéronef, son équipage et ses éventuels passagers ou cargaison.

C'est sur ce principe qu'ont travaillé depuis plusieurs mois les ingénieurs et chercheurs du Advanced Technology Centre du constructeur aéronautique britannique BAE Systems à Chelmsford. Ils ont élaboré le concept de «smart skin», une «peau intelligente».

Des dizaines de milliers de capteurs

L'idée est la suivante: envelopper le fuselage de l'avion, de la carlingue aux ailes en passant par l'empennage ou les réacteurs, de dizaines de milliers de capteurs «de la taille d'un grain de riz, voire de la taille des grains de poussière avec moins d'1 millimètre de côté». Ceux-ci détectent les anomalies dans la couche supérieure du fuselage et envoient alors des messages à un programme auquel toutes sont connectées.

Celui-ci analyse alors le message, détermine l'anomalie, évalue les risques potentiels et prévient l'équipage si le danger est manifeste, ou les équipes de maintenance si les dégâts sont minimes.

Mais ces capteurs peuvent aussi mesure un grand nombre de paramètres (vitesse, distance vis-à-vis du sol ou d'un éventuel obstacle, température de l'air, force du vent, pression atmosphérique,...) afin de disposer d'une banque de données la plus importante possible sur les conditions de vol. Si ces outils sont performants, ils permettront aussi de remplacer d'autres appareils actuellement utilisés dans l'aéronautique et plus forcément en phase avec le développement technologique récent, comme les thermomètres placés sur les ailes et bien trop lourds et volumineux.

Réduire les accidents... et les examens de maintenance

Si cette «smart skin» n'est pas encore capable de s'auto-réparer, le fait de pouvoir, en temps réel, avertir l'équipage des dommages et des riques encourus pourrait contribuer à terme à faire singulièrement baisser le nombre d'accidents et de catastrophes aériennes. Tout en réduisant également les inspections nécessaires et le temps de maintenance au sol, un temps pendant lequel l'avion n'est pas rentabilisé par son exploitant.

Imaginé pour les appareils militaires à l'origine, cette technologie pourrait rapidement être implémentée sur des avions de chasse en phase de développement. Mais rien n'interdit de penser que cette solution technologique pourrait à terme équiper aussi les avions civils. Les assureurs, qui doivent verser des sommes astronomiques à chaque crash, pourraient notamment faire pression pour que les nouveaux aéronefs soient équipés dès lors que cette technologie sera au point.

 

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."