Bilan

Un drone suisse vole au secours des Philippines

Une société nyonnaise prend part aux opérations de secours aux Philippines. Danoffice IT a envoyé à Tacloban un drone (avec son spécialiste) qui permet de faciliter le travail des ONG.
  • Le drone envoyé par Danoffice permet de mesurer l'ampleur des dégâts et de prioriser les interventions. Crédits: Image: Danoffice
  • Les images captées par le drone sont ensuite analysées par les équipes spécialisées au sol. Crédits: Image: Danoffice IT
  • Dès que des ONG ont envoyé des équipes sur place, Danoffice IT (ici le siège suisse à Nyon) a proposé ses services pour assister les secours. Crédits: Image: Danoffice IT
  • L'interface de pilotage (avec n’importe quel ordinateur, on y voit la carte du lieu où on vole, l’image vue par le drone et les différentes commandes de vol – visuelle, intuitives, et retour au pilote d’urgence). Crédits: Image: Danoffice IT
  • Avec son diamètre de 60cm, le Huginn X1 peut se faufiler partout, y compris à l'intérieur de bâtiments, rester en vol stationnaire, filmer et transmettre ses images en direct. Crédits: Image: Danoffice

A Tacloban, tout a été ravagé par le typhon : habitations rasées, ponts détruits, routes coupées, communications interrompues. Et des dizaines de milliers de sinistrés à soigner et de réfugiés à prendre en charge.

Pour les équipes de secours internationales qui ont rallié l’archipel, l’une des difficultés majeures réside dans l’accès aux zones sinistrées et à l’organisation des priorités. Pour leur faciliter la tâche, l’aide vient des airs. Danoffice IT, société suisse filiale d’un groupe danois, a dépêché en Asie un drone Huginn X1 et un spécialiste.

Un quadricoptère dirigé via un écran tactile

«Ce quadricoptère (appareil mû par quatre hélices) est équipé de deux caméras : une à haute définition en couleur et une autre thermique. L’utilisateur, qui peut se trouver jusqu’à 2km de l’appareil, pilote celui-ci via un écran tactile et visualise en direct les images de l’une ou de l’autre des caméras», précise Denis Kerlero de Rosbo, marketing manager de Danoffice.

Même si l'engin est très facile à piloter, Danoffice IT a préféré envoyer un expert sur place cette fois-ci : «Il ne fallait pas détourner les secouristes de leur mission première, mais leur apporter un service en plus».

Depuis lundi, le spécialiste Liam Dawson et son drone sont donc à pied d’œuvre dans la zone sinistrée. Sa première mission a été de repérer depuis les airs un secteur pour implanter le camp de base pour les équipes de secours. Ensuite, le quadricoptère a survolé un hôpital ravagé par le typhon pour mesurer les dégâts et estimer les besoins en équipements. Enfin, à l'heure où cet article est rédigé, le drone participe à une mission de recherche des corps de disparus dans la baie de Tacloban.

Quatre années de recherche et développement

Sur ce terrain, le Huginn X1 fait la preuve de son efficacité dans ce type de missions. Mais cet appareil qui a nécessité quatre années de recherche et de développement peut également remplir d’autres fonctions : vérification de lignes haute tension, repérage d'incendies ou de zones d'accidents autoroutiers, mesures des camps de réfugiés ou encore lutte contre le braconnage en Afrique.

««L’information visuelle sur un lieu ou une situation est clé pour les ONG mais aussi pour de nombreuses agences des Nations Unies en charge des réfugiés ou des migrants. C’est ce service précieux que rend le Huginn X1», glisse Denis Kerlero de Rosbo. Avec la Commission européenne, l’ONU et les ONG représentent d’ailleurs les principaux clients et partenaires de Danoffice IT, dont le cœur d’activité est la fourniture de matériels informatiques (serveurs, data centers, ordinateurs, imprimantes,…) à ces organisations, et ce dans 160 pays à travers le monde dans des délais très courts.

Dans quelques jours ou quelques semaines, le Huginn X1 va revenir de Tacloban avec son technicien. Il aura alors fait la preuve de son efficacité dans des situations de crise. Nul doute qu'il s'envolera pour d'autres missions à travers la planète.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."