Bilan

Un drone européen serait une aubaine pour la Suisse

Alors que la Suisse saura bientôt quel drone équipera ses forces armées, plusieurs pays européens s’engagent à développer un système en commun. La Confédération pourrait tirer parti de l'essor de ce secteur.
  • Le drone Ranger, issu d'un partenariat entre RUAG et IAI, devrait bientôt être remplacé. Crédits: DR
  • Le Hermes 900 de Elbit Systems est l'un des deux finalistes en lice pour succéder au Ranger. Crédits: DR
  • Et le Heron 1 de IAI, l'autre finaliste. Crédits: DR
  • L'entreprise suisse RUAG a participé au consortium qui a mis au point ce démonstrateur de drone de combat, le Dassault nEUROn. Crédits: DR

Les 19 et 20 décembre prochains aura lieu à Bruxelles un conseil européen exceptionnellement consacré aux questions de défense. L'un des objectifs de cette réunion: promouvoir la mutualisation des capacités, entre autres dans le domaine des drones.

Dans ce marché, l’Europe affiche en effet un sérieux retard. Ses drones de reconnaissance sont tous soit américains, avec notamment les Reapers qui équipent le Royaume-Uni, l’Italie et bientôt la France, soit israéliens, comme le drone Rangers pour la Suisse.

Le drone Rangers est issu d'un partenariat entre le groupe helvétique Ruag, propriété de la Confédération, et Israel Aerospace Industry (IAI). Devisé à 350 millions de francs, le programme a généré 1200 emplois pendant cinq ans. Sur les 28 drones initialement déployés en 2001, seuls 15 sont encore utilisables. De plus, le Rangers présente quelques inconvénients, assure Laurent Savary, porte-parole des forces aériennes: « la durée de vol, ses limites au-dessus des nuages et le bruit ».

Ceci a amené Armasuisse, l’agence en charge de l’acquisition de nouveaux matériels militaires, à faire un appel d’offre estimé entre 300 et 400 millions de francs pour six drones de nouvelle génération. Les finalistes, tous deux israéliens, sont le Hermes 900 de Elbit Systems et le Heron 1 d’IAI. Le vainqueur sera annoncé durant le premier semestre 2014, pour un déploiement en 2017.

Des firmes suisses spécialisées

 

L’annonce du développement d’un drone de reconnaissance européen à l’horizon 2020 représente une avancée majeure. Avec des dépenses cumulées de 89 milliards de dollars sur la prochaine décennie, selon les estimations du cabinet d'étude Teal Group, c'est le moment pour l'Europe de rattraper son retard.

Cette croissance pourrait  bénéficier à la Suisse et à ses entreprises pour plusieurs raisons. D’une part, Ruag a participé au projet multinational nEUROn dont le but est de créer un démonstrateur de drone de combat (UCAV). Celui-ci préfigure des drones qui pourraient remplacer les chasseurs de combats à l’horizon 2030.

D’autre part, la Suisse a signé en 2012 un accord avec l’Agence européenne de la défense (AED). Cet accord non contraignant permet à la Confédération de participer à des programmes initiés par l’Agence. Celle-ci, déjà active dans le domaine des drones, a été chargée de développer conjointement à sept pays le futur drone européen.

Enfin, la Suisse a un avantage lié à ses firmes spécialisées dans les instruments de précisions. Ainsi, selon le professeur de relations internationales Alexandre Vautravers, « il y a de nombreuses entreprises, notamment dans l’arc jurassien, qui sont spécialisées dans des mini-moteurs qui servent à stabiliser les senseurs sur les drones, ou dans les pièces destinées à l’aéronautique ». Il souligne que le taux d’usure relativement élevé des drones permet de compenser les faibles commandes escomptées.

Que ce soit à travers ses partenariats industriels passés ou ses entreprises actives dans des composants de pointes nécessaires à la construction de drones, la Suisse dispose d'un potentiel important. Celui-ci est renforcé par l'accord signé en 2012 avec l'AED. Néanmoins, pour réaliser ce potentiel, il faut une réelle volonté politique européenne de se doter d'une industrie du drone de défense. A défaut de cela, le marché restera fragmenté, ce qui continuera de profiter aux firmes américaines et israéliennes.

 

 

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."