Bilan

Toutes ces choses que vous voudriez réparer!

Le site popnfix.ch met les non-bricoleurs, qui veulent un coup de main rapide, en contact avec des réparateurs, réhabilitant l’économie de proximité.

Christelle Giraud s’était portée candidate au Grand Prix Generation Entrepreneur.

Crédits: Dr

Christelle Giraud est une entrepreneure qui s’est révélée par son goût pour l’initiative privée et par son dégoût pour le gaspillage. Candidate au Grand Prix Génération Entrepreneur, un concours organisé par la RTS en association avec NewBiz, elle a été sélectionnée parmi des centaines de dossiers.

Elle ne sera pas en finale, mais elle compte bien développer son nouveau site web: popnfix.ch. Ici, on propose de réparer, rapidement et efficacement, tous vos appareils et objets ménagers, ainsi que de recoudre des habits. C’est l’économie du partage et le peer-to-peer déclinés en mission «antigaspi». Ne jetez plus, il y a popnfix.ch.

«Tant de personnes ont besoin de réparer des appareils chez eux mais ne savent pas comment ou n’ont pas le temps, observe-t-elle. Les entreprises de réparation sont chères et prennent du temps; nombre d’objets ne sont plus sous garantie. Dès lors, on achète, on consomme et on jette.»

Son idée: créer des emplois locaux, faire se rencontrer les personnes capables de réparer tous types d’objets et des personnes n’ayant pas le temps ou les talents de bricolage. «Votre voisin de palier saurait peut-être réparer votre téléviseur ou votre four, et vous l’ignorez.» La plateforme popnfix.ch réhabilite l’économie de proximité. 

Garder son téléphone portable plus longtemps

Christelle Giraud avait auparavant travaillé comme conseillère à la clientèle fortunée et influente auprès de grandes banques (Credit Suisse, HSBC).Puis vint le temps de la réflexion sur «l’économie réelle, les entreprises, le monde que l’on veut». Cette prise de conscience, qu’elle a eue à 33 ans alors qu’elle avait quitté la Suisse à 22 ans, l’a menée à s’engager d’abord comme conseillère au niveau de sa commune, Gland (VD), avec un intérêt particulier pour le développement durable.

Elle a suivi durant cette période une formation de conseillère en environnement auprès de WWF Suisse et prépare un brevet fédéral. «On change de téléphone portable tous les dix à douze mois, relève l’entrepreneure vaudoise. Il faut sensibiliser les consommateurs aux impacts environnementaux, sociaux, des produits usagés, jetés trop rapidement», souligne-t-elle.

Comment garder son téléphone portable plus longtemps? Telles sont ses préoccupations. Sur le site popnfix.ch, l’idée est de réunir des particuliers qui ont des compétences de réparation avec des personnes qui n’ont pas le temps mais qui utiliseraient bien un coup de main rapide d’une personne du voisinage.

«Le thème de la réparation attire beaucoup de monde», observe Christelle Giraud, qui a donné des conférences sur ce sujet à Nyon, faisant salle comble. Mettre en avant des réparateurs locaux, redonner ses lettres de noblesse à la réparation tout en créant du travail et du service, telle est la mission que s’est donnée la startuppeuse.  

Zaki Myret
Myret Zaki

RÉDACTRICE EN CHEF DE BILAN de 2014 à 2019

Lui écrire

En 1997, Myret Zaki fait ses débuts dans la banque privée genevoise Lombard Odier Darier Hentsch & Cie. Puis, dès 2001, elle dirige les pages et suppléments financiers du quotidien Le Temps. En octobre 2008, elle publie son premier ouvrage, "UBS, les dessous d'un scandale", qui raconte comment la banque suisse est mise en difficulté par les autorités américaines dans plusieurs affaires d'évasion fiscale aux États-Unis et surtout par la crise des subprimes. Elle obtient le prix de Journaliste Suisse 2008 de Schweizer Journalist. En janvier 2010, Myret devient rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan. Cette année-là, elle publie "Le Secret bancaire est mort, vive l'évasion fiscale" où elle expose la guerre économique qui a mené la Suisse à abandonner son secret bancaire. En 2011, elle publie "La fin du dollar" qui prédit la fin de la monnaie américaine à cause de sa dévaluation prolongée et de la dérive monétaire de la Réserve fédérale. En 2014, Myret est nommée rédactrice en chef de Bilan. Elle quitte ce poste en mai 2019.

Du même auteur:

L'INSEAD délivre 40% de MBA en Asie
La bombe de la dette sera-t-elle désamorcée ?

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."