Bilan

Tous Ecrans vend les compétences suisses au Festival de Cannes

Si le cinéma suisse n'a pas l'aura des industries américaine, française ou britannique, certaines compétences spécifiques sont à la pointe de la technologie dans notre pays, dont la réalité virtuelle.
  • Emmanuel Cuénod est à Cannes pour présenter le savoir-faire suisse en matière d'innovation et de culture.

    Crédits: Image: ContinentPremier
  • Plug & Play est un court métrage et une app pour smartphone (issue du court métrage).

    Crédits: Image: DR
  • Late Shift est un film interactif pour les mobiles et le cinéma.

    Crédits: Image: DR
  • Ma Vie de Courgette est un film d'animation et projet transmédia.

    Crédits: Images: DR
  • Sequenced est une histoire spatiale pour mobiles et casques de réalité virtuelle.

    Crédits: Images: DR
  • MindLeap est un jeu pour casques de réalité virtuelle avec un dispositif de motion capture intégré.

    Crédits: Image: DR

Au Festival de Cannes, pour trouver les stars de demain, il fallait se rendre sur la plage dans les années 1950 et 1960: les starlettes se présentaient sur le sable. En 2015, c'est toujours à proximité immédiate de la mer que demain se dessine, mais la technologie remplace les bikinis. C'est sous le pavillon Next aux abords immédiats de la Méditerranée, que le Festival Tous Ecrans de Genève va présenter dimanche 17 mai les compétences suisses dans les technologies d'avenir.

«En Suisse où on n'a pas su assez mettre en avant notre cinéma et nos productions pour la télé, il est crucial de se positionner sur l'excellence en termes de contenus innovants, à la croisée de la création culturelle et de l'innovation technologique. Or, les projets qui ont rencontré le succès ces dernières années et surtout ces derniers mois sont issus de ce mariage passionnant, grâce à un bassin qui accueille des écoles formant des professionnels aux compétences reconnues», estime Emmanuel Cuénod, directeur du Festival Tous Ecrans.

L'événement fonctionnera en deux temps avec une intervention générale proposée en partenariat avec la conférence Lift, puis cinq présentations de projets parmi les plus prometteurs. Objectif: montrer au professionnels internationaux (producteurs, diffuseurs, créateurs, studios, financeurs,...) que la Suisse existe dans le domaine de la création digitale et qu'il y a des possibilités de faire appel à ces talents, voire de coproduire des contenus innovants.

Trouver les locomotives de demain

«Pour la création digitale, nous en sommes aujourd'hui au même stade que le cinéma dans les années 1910: nous assistons aux balbutiements et il est essentiel de se positionner parmi les pionniers et de continuer à développer les compétences», analyse Emmanuel Cuénod. Et pour continuer dans cette voie, il pointe les lacunes de l'écosystème suisse dans cette branche: manque de financements et absence d'une volonté politique suffisante de soutenir le secteur. Un vrai gâchis selon lui, car les rencontres entre art et culture d'un côté et développements technologiques de l'autre sont d'une richesse très importante dans ce petit pays ultra connecté qu'est la Suisse. Le risque? Que ces talents et ce savoir-faire s'en aillent et que le pays soit durablement déserté dans cette branche.

D'où l'intérêt de mettre en avant ce dimanche les projets les plus intéressants. En espérant que certains deviennent des locomotives pour le secteur, comme le simulateur de vol d'oiseau Birdly, rencontrant un écho positif dans de nombreux pays et marchés majeurs comme les Etats-Unis. «Ces locomotives attirent les investisseurs et permettent aux décideurs politiques de mieux connaître les activités en cours, et donc de mettre en place les dispositifs adéquats pour favoriser l'émergence et la maturation d'autres projets», insiste Emmanuel Cuénod.

Séduire producteurs et télévisions

Et quelle scène plus adéquate pour présenter les développements d'avenir que Cannes et son festival, avec les 12'000 professionnels de l'audiovisuel, dont un nombre croissant investit dans le digital? Pour dimanche, Emmanuel Cuénod espère avoir un panel de professionnels déjà impliqués dans la création de contenus numériques, mais aussi des télévisions prêtes à investir dans ce domaine ou encore des délégués de fonds nationaux spécialisés comme les Belges de Wallimage.

Pour séduire et convaincre ces interlocuteurs de choix, chaque porteur de projet disposera de vingt minutes pour démontrer son savoir-faire et décrocher des entretiens ultérieurs pour approfondir le développement. Sur les cinq projets sélectionnés, trois sont intimement liés au cinéma tandis que deux autres sont plus orientés vers la technologie. «On a suivi le parcours des porteurs de projets et nous voulions des gens à qui on puisse rapidement mettre le pied à l'étrier», explique Emmanuel Cuénod. Une démarche qui a séduit ProHelvetia, immédiatement partenaire du projet.

Late Shift LinearCut I v1.0 from Olivia Popica on Vimeo.

PLUG & PLAY from Michael Frei on Vimeo.

 

PLUG & PLAY – Gameplay from Michael Frei on Vimeo.

 

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."