Bilan

Tesla mise sur le graphène pour ses batteries longue durée

Le constructeur américain d'automobiles électriques Tesla Motors pourrait miser sur le graphène pour doubler l'autonomie de ses batteries.
  • Avec des batteries au graphène, Elon Musk envisage de doubler l'autonomie de ses batteries.

    Crédits: Image: Jerry Lampen/AFP
  • Placées sous la voiture, les batteries de la Tesla S libèrent de l'espace avec un coffre avant et un coffre arrière.

    Crédits: Image: Wang Zhao/AFP
  • L'utilisation du graphène pourrait permettre d'augmenter l'autonomie des batteries des Tesla.

    Crédits: Image: Justin Sullivan/AFP
  • Andre Geim (à g.) a obteu le Prix Nobel de physique 2010 pour ses recherches sur le graphène.

    Crédits: Image: Maja Suslin/AFP

Voici deux semaines, Elon Musk annonçait l'imminence de la mise au point de «batteries offrant une autonomie de 500 miles». Et selon le site chinois d'informations Xinhuanet, cette performance, qui reviendrait quasiment à doubler l'autonomie de ses Tesla Model S actuellement plafonnée à 265 miles (près de 430km) en utilisation moyenne, serait travaillée par le constructeur automobile américain sur la base de batteries au graphène.

Ce matériau, isolé en 2004 par le chercheur de l'Université de Manchester Andre Geim (ce qui a valu à ce dernier le Prix Nobel de physique en 2010), est un cristal de carbone. Sa conduction thermique de 5300W·m-1·K-1, record absolu en la matière, et sa résistance mécanique de 42 milliards de Newton par m2, ouvrent des potentiels fantastiques aux technologies dans divers domaines. Et le stockage de l'énergie figure en pointe dans ces explorations.

Une giga usine pour 500'000 voitures par an

Jusqu'à présent, Tesla utilise des batteries lithium-ion. Mais les performances plafonnent. Or, Tesla Motors a annoncé fin 2013 la construction prochaine d'une «giga usine» pour ses batteries. Une étape indispensable pour s'affranchir des capacités de ses fournisseurs, dont Panasonic, qui fabrique actuellement les batteries pour les automobiles Tesla.

L'un des principaux défis pour Tesla sera de parvenir à produire du graphène en quantités suffisantes pour ses besoins toujours en hausse (Tesla Motors a produit 25'000 véhicules en 2013, mais vise 500'000 véhicules annuellement d'ici 2017). Or, actuellement, un très faible nombre d'entreprises est capable de produire du graphène. Le projet le plus intéressant a été lancé en 2011 par un groupe chinois, Ningbo Moxi, qui ambitionne de fournir 30 tonnes de graphène annuellement pour un prix de revient très bas (1$ le gramme, alors que certaines estimations évaluaient en 2009 le coût de production à 600 milliards d'euros par m2).

Si la plupart des analystes avaient cru déceler dans l'annonce de la construction de la «giga usine» de batteries un business model consistant à miser sur les économies d'échelles de grande ampleur pour maximiser la production et les ventes des automobiles Tesla, l'annonce de Xinhuanet ouvre une nouvelle piste: celle d'un changement technologique.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."