Bilan

Smartshoes: les chaussures Lechal sont connectées

Après téléphones, montres et lunettes, le prochain objet de la wearable technology pourrait être les chaussures. Une startup indienne présente le premier modèle: Lechal.
  • Avec Lesha, les chaussures sont désormais connectées.

    Crédits: Image: Ducere Technologies
  • Grâce aux smartshoes, des vibrations alertent le marcheur sur la direction à suivre pour son parcours.

    Crédits: Image: Ducere Technologies
  • Pour ceux que l'esthétique des Lechal ne séduirait pas, Ducere Technologies a mis au point une semelle connectée avec les mêmes fonctionnalités mais qui se glissent dans toutes les chaussures.

    Crédits: Image: Ducere Technologies

Apple et Samsung dominent le marché des téléphones connectés. Le Suisse Yves Béhar a révolutionné les bracelets connectés avec le Jawbone. Les Google Glass sont sur le point de déferler sur le monde. Et l'horlogerie traditionnelle hésite quant à la réaction à adopter face aux smartwatches. Quel sera le prochain objet-phare de l'univers wearable technology?

Après les oreilles, les poignets et les yeux, les pieds pourraient à leur tour être connectés. Une startup indienne, Ducere Technologies, vient de présenter Lechal, les premières smartshoes, ou chaussures connectées. Conçues à l'origine pour venir en aide aux personnes mal-voyantes et aveugles, ces chaussures devraient finalement être commercialisées auprès du grand public.

Bluetooth et pavé tactile dans la semelle

Pour Dhairya Dand, qui a supervisé le développement des Lechal, tout est né de la frustration liée à l'utilisation sédentaire des technologies: «En utilisant les applications de navigation sur smartphone, j’ai fini par perdre le goût de me promener. Les chaussures constituent le meilleur moyen d’y remédier. Elles sont une interface entre vos pieds et le sol de la ville».

Son cofondateur, Krispian Lawrence, abonde en ce sens: «Les chaussures sont une extension naturelle du corps humain. Vous pouvez sortir de chez vous sans montre ni bracelet, mais personne ne circule dans la rue sans chaussures».

Concrètement, les chaussures se connectent via bluetooth à un smartphone (Android pour le moment, iOS à l'étude) et se commandent soit avec le téléphone, soit avec le pavé numérique tactile intégré à la semelle de la chaussure. Pour ce faire, il faudra alors être agile avec ses orteils.

Des vibrations pour indiquer la direction

Les fonctionnalités? Evidemment, vu qu'il s'agit de chaussures, les déplacements sont visés. Ainsi, le porteur peut indiquer sa destination dans Google Maps et ses smartshoes vibreront ensuite, à droite ou à gauche, selon la direction à prendre. Et les marcheurs ne sont pas le seul public cible: les cyclistes peuvent ainsi connaître leur itinéraire sans lâcher le guidon. Idem pour les usagers d'autres moyens de transport ou même les joggeurs.

Mieux encore: les smartshoes peuvent analyser les itinéraires parcourus et se connecter au web pour repérer des endroits à visiter ou des sorties selon les goûts de l'utilisateur.

Esthétique des chaussures et semelles

Reste que les premiers modèles affichent une esthétique discutable: des lignes un peu particulières et une couleur rouge vif peu discrète. La commercialisation devrait débuter avec cette esthétique, pour un prix de lancement autour de 180 francs. Mais pour séduire le plus grand nombre, Ducere Technologies devra sans doute s'adresser à des designers spécialisés dans l'univers des chaussures pour diversifier la gamme et la rendre plus tendance.

Pour contrer cette faiblesse, une version limitée à une semelle connectée qui pourrait se glisser dans n'importe quelle chaussure est en développement. Elle permettrait à chacun de conserver le style de son choix tout en profitant des performances de ce nouvel appareil connecté. Et d'interchanger ses chaussures, alternant mocassins, runnings et bottes pour les différents usages potentiels.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."