Bilan

SID transforme votre vieux canapé en fuel

Ils sont chimiques, ménagers, dangereux, encombrants ou tout à la fois. SID SA contribue depuis près de 40 ans à la revalorisation de ces déchets, grâce à la conception de broyeurs et de pompes. Prenez l’exemple d’un ancien matelas. Dans une décharge, il va se décomposer petit à petit. Déchiqueté, il pourra servir de substituant de fuel et alimenter d’autres industries, dont les cimenteries. Une fois broyées, de nombreuses ressources peuvent, en effet, être utilisées dans le processus de recyclage, en remplacement des carburants. Les déchets se retrouvent donc revalorisés.

Le plus gros broyeur du monde

Fondée en 1972, la Société Industrielle de la Doux (SID) est d’abord un atelier de réparation appartenant à l’Electricité Neuchâteloise SA (ENSA). Cette même année, SID fabrique sa première cisaille rotative. Dix ans plus tard, en 1982, SID décide de voler de ses propres ailes et devient une SA indépendante.

De fil en aiguille, son développement croissant l’amène à créer une première filiale en Allemagne, en 1994. Suivront celles situées en France et en Chine, respectivement en 2001 et en 2007. L’année passée, enfin, une filiale suisse est créée en région tessinoise pour développer la machine MAXIMO, un nouveau broyeur mobile.Pour l’instant, le marché le plus important se situe en Europe, avec toutefois une forte croissance du marché asiatique. SID SA offre aujourd’hui une large gamme de broyeurs primaires et secondaires, d’unités de traitement et de recyclage des déchets. L’entreprise compte sept modèles de cisailles rotatives différents, quatre types de broyeurs à crochets ainsi que trois sortes de granulateurs. Ces machines réduisent et broient de nombreux déchets : qu’il s’agisse de déchets encombrants ou ménagers, déchets spéciaux, métaux, pneumatiques, bois, fûts, matières plastiques ou encore papier - les broyeurs de SID n’en font qu’une bouchée.

Les différences entre broyeurs à crochets, cisailles rotatives et granulateurs sont multiples, notamment au niveau de leur construction. Toutefois, la différence fondamentale concerne la taille des déchets après avoir été broyés, coupés ou cassés. Pour donner une idée du rapport de grandeur, prenons dans l’ordre un avant-bras, une main et un doigt. A la sortie d’un broyeur à crochets, le déchet aura la taille d’un avant-bras. A l’issue d’une cisaille, la taille d’une main, puis celle d’un doigt à la sortie d’un granulateur.

SID SA a acquis un savoir-faire rare en Suisse.  Peu d’entreprises ont les mêmes activités car les compétences demandées - entre les connaissances hydrauliques, électriques, de construction -, et la diversité des métiers requise, sont nombreuses. Ces compétences ont permis à cette société du Val-de-Travers de construire et de livrer le plus gros broyeur au monde l’année dernière. Une installation qui déchiquettera quelques 240 tonnes de déchets ménagers à l’heure. Ce savoir-faire a aussi permis de développer avec succès des installations SMP, pour « shredding, mixing, pumping », où des déchets non traitables par les usines d’incinération traditionnelles sont broyés, mélangés et pompés avant d’être brûlés.

Une philosophie de valorisation

Si l’idéal serait évidemment de ne pas produire de déchets, une fois produites, ces ressources peuvent quand même être valorisées sous une autre forme. Par exemple, on peut récupérer  un vieux jouet en le donnant à un autre enfant. C’est la philosophie de SID.  Depuis ses débuts en 1972, l’entreprise a pu suivre et s’adapter à l’intérêt grandissant pour la revalorisation des déchets. SID n’est pas active dans le monde entier.  Au départ, seuls quelques pays développés traitaient les déchets. Maintenant, il y en a beaucoup plus. Chacun a ses spécificités. Ainsi, le Japon préfère des installations avec une forte automatisation, la Chine des projets de prestige et l’Allemagne le respect de nombreuses normes. Et la Suisse ? Paradoxalement, ce n’est pas le marché le plus facile. Les gens sont encore conservateurs et il reste difficile de placer un produit novateur.

Concentrée au départ sur la production de broyeurs, SID est devenu dès le début des années 2000 un expert dans le domaine du pompage de produits difficiles. En effet, dans le secteur du broyage complet, SID est souvent confrontée à des installations nécessitant une pompe. Au début des années 90, l’entreprise travaillait avec des fournisseurs de pompes comme partenaires. Au fil du temps, elle a acquis un savoir-faire dans ce domaine qui l’amène à acheter la société Solidpumps en 2003. Cette acquisition s’inscrit dans la continuité du développement de SID dans le traitement et la manutention des déchets. Les déchets sont donc non seulement broyés et déchiquetés mais également convoyés et acheminés.

Toutes les machines de SID sont robustes, puissantes et à longue durée de vie. Un acheteur potentiel qui souhaite investir sur le long terme sait qu’il va dépenser une certaine somme en optant pour une machine SID, tout en étant assuré d’une installation de qualité. Une des particularités des équipements SID réside dans le fait que les pièces d’usure sont facilement accessibles et échangeables. De plus, les coûts de maintenance sont souvent plus bas que chez les concurrents.

Un autre atout indéniable de SID est son travail sur mesure, à l’instar du monde de la haute couture. A son siège suisse de Saint-Sulpice, on trouve un bureau technique avec des ingénieurs polytechniciens, constructeurs, électriciens et hydrauliciens. Toutes ces têtes pensantes réunies au même endroit élaborent des projets répondants à des besoins bien spécifiques des clients. La qualification des collaborateurs permet d’assurer la pluridisciplinarité nécessaire à la réalisation de projets complexes. Et c’est surtout à ce moment-là que SID devient compétitif.

Dans le passé, SID s’est concentré sur les très grandes installations, avec beaucoup d’automatisation. Toutefois, ce domaine haut de gamme ne représente qu’environ 10% sur le marché du broyage. Les produits construits par la nouvelle SIDSA STANDARD SA  donneront accès à un marché plus vaste. Aujourd’hui, SID souhaite non seulement répondre à la demande des investisseurs qui pensent sur le long terme, mais aussi à ceux qui se projettent à court terme. Ainsi, sa nouvelle filiale au Tessin SIDSA STANDARD a pour objectif de créer des broyeurs plus standards qui s’attaquent à un marché moins exigeant. Mais SID poursuivra sur sa lancée : elle continuera de se battre pour des produits de qualité.

 

 

Deutsche zusammenfassung

Die SID AG wertet Abfälle auf

Ob Chemieabfälle, Sondermüll, Kehricht oder Sperrmüll – die SID AG trägt dank der Entwicklung von Zerkleinerungsmaschinen und Pumpen seit vierzig Jahren der Weiterverwertung von Abfall bei. Das rund fünfzigköpfige Unternehmen, das seinen Hauptsitz im Kanton Neuenburg hat, entwickelt Zerkleinerungs- und Pumpanlagen für alle Arten von Abfall und ermöglicht ihnen damit eine Art zweites Leben. In der Regel realisiert die SID AG sogenannte SMP-Installationen (« shredding, mixing, pumping »), wodurch die Abfälle, die von traditionellen Müllverbrennungsanlagen nicht verarbeitet werden können, vor dem Verbrennen verkleinert, vermischt und gepumpt werden. Mit ihren Standorten in der Schweiz, in Frankreich, in Deutschland und in China hat die SID AG vor allem grosse, massgeschneiderte Projekte für ihre Kundschaft realisiert. Die neue Filiale im Tessin wird hochqualitative Standard-Zerkleinerungsmaschinen entwickeln und damit den Markt des Unternehmens erweitern.

Donat Bösch

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."