Bilan

Sexe à distance: le chaud business

Plusieurs projets de dispositifs connectés pour la pratique du sexe à distance viennent de voir le jour. Le sexe s'affirme plus que jamais comme un domaine qui profite du web.
  • Durex a développé une appli et des sous-vêtements vibrants.

    Crédits: Image: Durex
  • La startup de Miami FriXion a développé une gamme de sextoys connectés et reliés via un réseau social.

    Crédits: Image: FriXion
  • Quand les deux partenaires sont connectés, ils peuvent actionner la fonction vibration depuis leur smartphone.

    Crédits: Image: Durex
  • La startup FriXion, basée à Miami, a voulu aller plus loin que les vibrations de lingerie de Durex et a conçu un système élaboré pour le sexe à distance.

    Crédits: Image: FriXion
  • La firme a donc développé des sextoys mais aussi leurs supports et des fonctionnalités comme l'accéléromètre, qui, comme sur les smartphones, prend en compte les mouvements de l'utilisateur.

    Crédits: Image: FriXion
  • Avec un ordinateur connecté au réseau social correspondant, ou via un smartphone, les sextoys peuvent être actionnés par le ou les partenaires.

    Crédits: Image: FriXion

Quels sont les seuls sites internet à pouvoir concurrencer, en terme de fréquentation, les géants que sont Google, Yahoo! ou Facebook depuis des années? Les sites de rencontre et les sites pornographiques. En 2013, le classement mondial des portails les plus visités plaçait Xhamster en 52e position et Pornhub en 84e position, juste derrière les moteurs de recherche et réseaux sociaux mais devant des poids lourds du web comme alibaba ou flickr. Le sexe reste l'un des business les plus porteurs sur la toile.

Mais à l'heure des réseaux sociaux, de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée, certains veulent aider l'internaute à passer du rôle de spectateur passif de vidéos à celui d'acteur dont chaque geste serait suivi d'effet à quelques centaines de mètres ou à l'autre bout de la planète. Bienvenue dans l'ère de la «télédildonique». Le concept en soi-même n'est pas nouveau: les premiers essais remontent à la guerre du Vietnam. L'armée US cherchait alors des moyens de maintenir le moral des troupes envoyées en Asie en trouvant des moyens pour que les soldats éloignés de leur compagne ne dépriment pas trop. C'est notamment ce que narre Antonio Casilli dans son ouvrage Les Liaisons numériques.

De l'armée US aux startups

Des usages paramilitaires balbutiants, les années 2000 ont vu la télédildonique («télé» pour distance, «dildo» pour sextoy en argot anglais, «nique» pour science) passer à des déclinaisons civiles et commerciales. Restait à développer des concepts et des outils grand public. L'une des premières initiatives réussies en matière d'interactivité est à mettre au crédit de Lovotics, une startup spécialisée dans la robotique liée au sexe.

Leur premier projet d'envergure, Kissenger, proposait aux internautes en couple de connecter deux petits appareils sphériques munis de lèvres. Chacun étant invité à embrasser ces lèvres, les appareils sont reliés et transmettent à l'autre la sensation du baiser, via les deux appareils.

Mais cette innovation reste bien sage. Le baiser reste loin des ambitions de mettre à portée des couples des outils technologiques pour se procurer du plaisir physique à distance. D'où de nouvelles recherches qui ont poussé Durex à développer d'autres outils, basés sur l'une des fonctionnalités commune aux sextoys et aux mobiles: le mode vibreur. Sauf que Durex a quitté son core-business des préservatifs et des sextoys traditionnels pour mettre au point une ligne de lingerie connectée. Le principe est simple: une lingerie (homme et femme) dont les armatures sont équipées de dispositifs vibrants reliés en bluetooth à un smartphone. Celui-ci, par le biais d'une appli, met en relation les deux membres du couple qui peuvent réciproquement agir sur les sous-vêtements de leur partenaire.

Une nouvelle étape était donc franchie. Mais la stimulation en restait au stade externe, à ce que des amants face-à-face auraient pu vivre lors de la phase des préliminaires. D'autres ont alors voulu aller plus loin.

C'est ainsi qu'est née voici à peine plus d'un an la startup FriXion, à Miami. Cette jeune entreprise s'est immédiatement positionnée sur le créneau des objets connectés dans le domaine du sexe. Et leur projet majeur a de quoi détonner: une série de sextoys connectés et un réseau social. Le principe de base est simple: sur un socle, le sextoy mâle ou le sextoy femelle permettent à l'utilisateur de prendre du plaisir. Mais ce sextoy est activé à distance par le partenaire, via son smartphone ou via le sextoy complémentaire lui-même. Et certaines fonctionnalités des smartphones ont été reprises et adaptées pour ces jouets coquins, dont un accéléromètre qui reproduit la vitesse du geste en temps réel et transmet ces informations en ligne.

Mais les concepteurs américains ont décidé d'aller au-delà du couple et de proposer une fonction de groupe: un même pilote peut contrôler plusieurs appareils pour plusieurs partenaires à distance. Une autre fonction permet de jouer «en solo», avec des jeux vidéos coquins spécialement développés pour ces dispositifs et qui prennent en compte le mouvement du joueur.

La guerre du Vietnam est terminée depuis bientôt 40 ans. Mais les objectifs des services de l'armée américaine pourraient enfin voir le jour. Le conflit est terminé: «faites l'amour (à distance), pas la guerre».

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."