Bilan

Seedstars repart à la chasse aux startups des pays émergents

Le concours Seedstars World a entamé sa campagne 2015. Jusqu'en décembre, une cinquantaine de pays seront visités et les meilleurs startups sélectionnées iront en finale en Suisse en mars 2016.
  • L'un des premiers rendez-vous a eu lieu à Maputo.

    Crédits: Image: Seedstars World
  • L'une des premières étapes de la tournée Seedstars a mené l'équipe d'Alisée de Tonnac à Erevan, capitale de l'Arménie.

    Crédits: Image: Seedstars World
  • Les startups du Mozambique ont déjà été visitées par Seedstars voici quelques jours.

    Crédits: Image: Seedstars World
  • A Maputo comme lors de chaque étape de la tournée Seedstars World, les jeunes entrepreneurs sont invités à pitcher en public pour présenter très rapidement leur startup.

    Crédits: Image: Seedstars World

Un système de géolocalisation pour fournir une adresse dans les régions où les habitants n'en ont pas, la transformation des déchets en carburants, l'intégration de composants électroniques dans les vêtements, la détection des incendies dans les bidonvilles et favellas,... autant de solutions innovantes apportées par des startupers repérés par Seedstars World lors de l'édition 2014 du concours. Et tous ces entrepreneurs innovants sont issus des pays émergents.

«Les jeunes entrepreneurs des pays émergents ont une imagination et une audace inimaginables: ils vont bien au-delà de ce qu'on peut imaginer ici», assure Alisée de Tonnac, CEO de Seedstars World. Ainsi, si les technologies de paiement par smartphone ont été initiées dans la Silicon Valley et en Europe, c'est en Afrique qu'elles connaissent les plus forts développements actuels: les lacunes du système bancaire «traditionnel» (tel que l'ont connu les pays européens) poussent les populations, au Sud du Sahara, à zapper ces étapes pour mettre sur pied un réseau bancaire appuyé sur les technologies mobiles.

Et ces innovations bancaires et financières constituent d'ailleurs un des quatre axes majeurs de la nouvelle campagne Seedstars World. «Nous avons souhaité mettre un accent particulier sur trois secteurs: la fintech, les voyages et le tourisme, l'espace. Nous avons des partenaires pour ces domaines et allons offrir au total un million de dollars d'investissements dans la fintech et les voyages, notamment via un partenariat avec lastminute.com group pour le secteur voyages», annonce Alisée. Pour elle et pour les autres initiateurs de Seedstars World, les leviers majeurs de la croissance actuelle se situent dans les pays émergents: «Entre 2004 et 2013, l’économie des marchés émergents a doublé en taille et représente aujourd’hui 21% du PIB mondial».

Un tour du monde en 52 étapes

Basée à Genève, Seedstars World a entamé fin mai son tour des pays émergents avec des événements à Maputo (Mozambique). Erevan (Arménie) et Shanghai (Chine). Les prochaines étapes devraient se tenir au Cap (Afrique du Sud), puis à Sofia (Bulgarie) et à Buenos Aires (Argentine). En tout, neuf étapes en Amérique latine, quinze en Europe et Moyen-Orient, douze en Afrique et seize en Asie-Océanie sont programmées. A chaque fois, Seedstars s'associe à des acteurs locaux pour repérer les startups les plus prometteuses et les auditionner puis sélectionner des lauréats qui rallieront la Suisse début 2016. Plus de 3000 startups devraient prendre part à Seedstars World cette année.

Pour les jeunes entrepreneurs, les bénéfices sont multiples: en plus de rencontrer d'autres créateurs d'entreprises innovantes et d'échanger avec eux, ils s'entraînent à pitcher (expliquer leur business), mais peuvent aussi bénéficier d'une tribune et d'une exposition médiatique qui les aide à rencontrer les potentiels clients et décideurs politiques et économiques. Et notamment des investisseurs, partenaires de Seedstars ou découvrant les jeunes entreprises via la médiatisation inhérente au concours.

Ce tour du monde prendra fin en décembre prochain et sera suivi d'un «bootcamp», un stage sur les bords du Léman en février prochain pour tous les finalistes. Avec en point de mire la finale avec sa cérémonie, mais aussi des séances de coaching avec des mentors internationaux pour aider les entrepreneurs à perfectionner leur présentation et améliorer leur business model.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."