Bilan

Samsung, Apple, Google: les cardiologues du futur?

La fonction de mesure du rythme cardiaque du smartphone Galaxy S5 présenté à Barcelone annonce la bataille de la cybersanté.

Le Galaxy S5 de Samsung est emblématique de la course à la cybersanté.

Crédits: Dr

Le Mobile World Congress, qui vient de fermer ses portes à Barcelone, dessine deux tendances bien distinctes sur le marché des smartphones.

A un bout du marché, les produits d’entrée de gamme (moins de 200 francs) voient désormais Nokia avec sa gamme X, BlackBerry (Z3) et même Mozilla, avec son projet de smartphone à 25  dollars, concurrencer les fabricants chinois ZTE ou Huawei pour conquérir les 4 à 5 milliards d’utilisateurs non encore équipés.

A l’autre bout du spectre (plus de 500  francs), la course à la valeur ajoutée s’est déplacée vers le contrôle des objets connectés. Le smartphone est la passerelle entre internet, l’utilisateur et une foultitude d’objets soudain augmentés de capteurs, de puces et d’antennes. Dans ce domaine, aucun secteur ne semble avoir autant la priorité que celui de la santé.

Le Galaxy S5 de Samsung en est emblématique. Sa principale innovation est une fonction de mesures du rythme cardiaque grâce à un senseur dédié. Le lancement en parallèle des montres et bracelets connectés Gear 2, Gear Neo et Gear Fit capables d’effectuer des mesures de nature médicale confirme que le chaebol coréen remonte la piste du sport vers le wellness et de là vers la santé.

D’ailleurs, le lendemain de la présentation du S5, le groupe a annoncé la création d’un énorme laboratoire de recherche en santé numérique sur le campus de l’Université de Californie.

L’avenir est dans le médical

Sur ce chemin, Samsung trouve deux géants qui mettent aussi la cybersanté au cœur de leur stratégie. En décembre dernier, les dirigeants d’Apple, tout comme ceux de Google, ont rencontré ceux de la Food and Drug Administration, l’agence qui réglemente la santé aux Etats-Unis.

Apple, qui prépare sa iWatch et un dossier médical numérique Healthbook, a débauché récemment une armée de spécialistes des senseurs médicaux d’entreprise.

Huawei, qui lance aussi une smartwatch, et surtout Google, qui planche sur une montre connectée avec LG et même des lentilles pour mesurer le glucose, sont engagés dans des démarches similaires. Face à cela, les pionniers comme Jawbone se défendent en multipliant les acquisitions (Massive Health, BodyMedia, Nutrivise).

«Le marché de la santé représente 6 trillions de dollars mais il est resté jusqu’à présent analogique à 95%», analyse Peter Ohnemus, CEO de la start-up suisse Dacadoo, dont l’application de santé mobile vient d’être retenue par Samsung pour sa Gear2. «Le marché est mûr pour une révolution numérique qui promet de gigantesques économies grâce à la prévention.»

Les géants du smartphone sont en ordre de marche pour concrétiser «la destruction créative de la médecine» annoncée par le best-seller du cardiologue américain Eric Topol (lui-même recruté par AT&T).

Les pas moins de 51 conférences consacrées à la cybersanté dans le monde, recensées par le site storyofdigitalhealth rien que pour les deux mois à venir, confirment que l’opportunité fait saliver beaucoup de monde. 

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."