Bilan

Robert Redford séduit par une start-up genevoise

L’acteur fondateur du festival du film de Sundance a été emballé par l’expérience de réalité virtuelle développée par Artanim Interactive, une entreprise pionnière des contenus immersifs.
  • Les confondateurs d'Artanim Interactive Sylvain Chagué et Caecilia Charbonnier ont acceuilli l'acteur américain et fondateur du festival de Sundance pour une démo.

    Crédits: DR
  • Robert redford a revetu le casque de réalité virtuelle et les technologies de capture de mouvement pour s'immerger dans les mondes créées par la start-up genevoise.

    Crédits: Image: DR
  • L'application de réalité virtuelle d'Artanim est multi-joueurs et multi-univers. 

    Crédits: DR
  • Pour changer d'univers les joueurs doivent collaborer en collectant des cristaux cachés dans les trois environnements développés pour Sundance. 

    Crédits: DR

«Spectaculaire !»: L’entrepreneuse genevoise Caecilia Charbonnier a encore un peu de mal à redescendre du nuage où l’a expédié le qualificatif de l’acteur américain Robert Redford à l’issue d’un essai de l’application de réalité virtuelle développée par la start-up qu’elle a cofondé, Artanim Interactive. Venue présenter ce développement lors de l’édition 2016 de Sundance (du 21 au 31 janvier), le festival de cinéma indépendant créé par l’acteur à Park City, dans l'état de l’ Utah, Artanim s’est ainsi distinguée face à une concurrence sévère.

Lire aussi: Kenzan et Artanim ajoutent le tactile à la réalité virtuelle

Cette année les grandes entreprises de technologies comme Netflix ou Amazon se sont, en effet, rendu à Sundance pour rivaliser avec les grands studios studios hollywoodiens afin d’acquérir du contenu. Or, en plus des films et des séries, ce contenu passe désormais par la réalité virtuelle. Les outils - Oculus Rift, HTC Vive et autres Sony Morpheus – débarquent sur le marché cette année. Du coup, dans le domaine de la réalité virtuelle, on passe de la course aux technologies à la compétition pour les nouveaux contenus.

Capture de mouvement et réalité virtuelle

A Sundance, l’espace New Frontiers, qui accueille les projets expérimentaux depuis 2007 et la réalité virtuelle depuis 2012, a été pris d'assaut. Là, les visiteurs avaient la possibilité de se promener sur la planète Jakku de Star Wars grâce à ILMxLab ou de voler au-dessus de San Francisco grâce au projet zurichois Birdly. Le festival a aussi été l’occasion de découvrir de véritables films conçus pour la réalité virtuelle comme Defrost ou Alumettes.

Lire aussi: Birdly, un simulateur de vol d’oiseau immersif

Spin-off de la Fondation genevoise Artanim, Artanim Interactive a, elle, développé une technologie encore plus immersive en associant la capture de mouvement avec la réalité virtuelle. En d’autres termes, l’utilisateur peut se promener et saisir physiquement des objets à l’intérieur d’un monde virtuel comme l’avait démontré l’entreprise avec une première expérience de visite de la tombe de Toutankhamon il y a quelques mois.

Voyage dans le multivers

 «Pour Sundance, nous avons créé un scénario futuriste qui permet de démontrer le potentiel de notre plateforme », explique Caecilia Charbonnier. «Les gens ont la possibilité de visiter trois environnements virtuels différents : une station spatiale, une ville du futur qu'ils survolent en mouvement à bord d'un spacecraft et une caverne qui joue avec les émotions (peur du vide, des araignées, etc.). Pour se téléporter d'un environnement à un autre, les deux utilisateurs doivent collaborer pour actionner la machine à voyager dans le temps et dans l'espace. » Effet waouh garanti comme en témoigne non seulement le commentaire de Robert Redford mais aussi ceux de l’acteur (Jesse James) et réalisateur Casey Affleck.

Artamin Interactive fait partie des « 50 start-up suisses dans lesquelles investir 2016 » de Bilan dont la liste complète et les portraits seront dévoilés en exclusivité dans notre édition papier du 3 février. Comme la plupart des start-up sélectionnées cette année, Artanim sera aussi présente à notre événement du 10 février en collaboration avec la conférence Lift et le MassChallenge

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."