Bilan

RetinAI soigne les yeux avec l’intelligence artificielle

Deux fois par semaine Bilan vous propose le portrait d’une jeune pousse issue de sa sélection 2018 des 50 start-up suisses dans lesquelles investir . Aujourd’hui RetinAI et son intelligence artificielle pour détecter les maladies des yeux .
  • Fondée à Berne par Carlos Ciller,Sandro De Zanet et Stefanos Apostolopoulos, RetinAi applique l'intelligence artificielle au diagnostic des maladies oculaires. 

    Crédits: DR
  • RetinAI a été sélectionnée par le programme Inception du fabricant de cartes graphiques Nvidia.

    Crédits: DR

Pour la sixième année consécutive Bilan a dévoilé le 1er mars dernier sa sélection de 50 start-up suisses pour investir ou s’inspirer. Avec 141 start-up présélectionnées par la rédaction de Bilan et nos partenaires ( BioAlps, CleantechAlps, AlpICT, la FONGIT et CIMARK,  InnoSuisse, InnoVaud, MassChallenge, Neode, Kickstart Accelerator ainsi que Startupticker),  le cru 2018 aboutit à un renouvellement à 98% des jeunes pousses choisies par le jury (voir sa composition ci-dessous). Place donc à la découverte et à la qualité.

 

RetinAI

Montant recherché: 1 millions de francs

S’il est un domaine où l’intelligence artificielle a fait ses preuves récemment, c’est bien dans la reconnaissance d’images, y compris médicales, pour l’aide au diagnostic. RetinAI applique cette technologie au domaine ophtalmique pour diagnostiquer la dégénérescence maculaire, la rétinopathie diabétique et le glaucome avec des résultats aussi bons que ceux d’un spécialiste. Touchant une personne sur cinq à l’horizon 2020, ces pathologies sont en croissance avec le vieillissement et dessinent un marché de 8 milliards de dollars rien que pour le diagnostic d'images.  

Fondée à Berne par Stefanos Apostolopoulos, Sandro De Zanet and Carlos Ciller, des doctorants en machine learning (une des branches de l’intelligence artificielle), avec spécialisation en ophtalmologie, la start-up a déjà des clients dont quatre hôpitaux et plusieurs fabricants d'équipements médicaux. Après une année d’existence et un passage par le programme Inception du fabricant de cartes graphiques Nvidia, elle est ainsi proche de dégager un cash-flow positif.

Sa technologie est particulièrement intéressante parce qu’elle simplifie et démocratise le diagnostic ophtalmique. Les outils de RetinAI permettent aux spécialistes d’effectuer les premières analyses sur la base d’une image prise par des dispositifs médicaux ainsi que par des smartphones. RetinAI commence déjà à vendre sa technologie à des fabricants d'équipements médicaux et à des hôpitaux et et devient un précurseur du développement des dispositifs médicaux haut de gamme à faible coût.

Contact: Carlos Ciller PhD carlos@retinai.com

Le jury des 50 start-up

Composé de Patrick Aebischer (Président émérite de l’EPFL) et de  Jurgi Camblong (CEO de Sophia Genetics) pour la catégorie sciences de la vie, de Raphaël Domjan (Fondateur de Solarstratos) et de François Randin (CEO de GreenMotion)pour les cleantechs , d’Olivier Brourhant (CEO d’Amaris) et de Laurent Sciboz  (Directeur de l’Institut Icare) pour l’informatique B2B , d’Abir Oreibi (présidente de Lift) et de Jari Ovaskainen  (fondateur de Preon Capital) pour le web et le mobile, de Veronica Lange  (CTO Global, UBS) et de Sean Park (fondateur d’Anthemis Group) pour les fintechs, d’Aude Pugin (CEO d’APCO Tech) et de Jean-Christophe Zufferey (fondateur de SenseFly) pour l’ingénierie, notre jury dévoile aussi ses coups de cœur.

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."