Bilan

Repenser le digital grâce aux séniors

L’EPFL+ECAL Lab fête ses 10 ans. Pour l’occasion, cette unité de l’EPFL qui fait collaborer designers et ingénieurs a présenté ses projets en cours. Parmi eux, un outil destiné aux rencontres entre séniors. Un public qui permet d’affiner et redonner du sens aux outils numériques.
  • Les outils numériques pour séniors actuels ne prennent pas en compte le fait que la plupart d'entre eux sont valides et familiarisé avec le numérique.

    Crédits: Anoush Abrar
  • Le projet Réseaux solidaires a pour but de faciliter réellement les rencontres 'in real life', dans la vie réelle.

    Crédits: Anoush Abrar
  • Des mots utilisés aux fonctionnalités proposées en passant par l'ergonomie générale de l'outil, tout a été développé en tenant compte des retours des utilisateurs ciblés.

    Crédits: Anoush Abrar
  • Dans toutes ses recherches, l'EFPL+ECAL Lab mesure les impacts cognitifs et émotionnels des technologies sur ses utilisateurs, afin d'améliorer le design des outils de demain. Ici, des outils de réalité virtuelle développés pour Vacheron Constantin.

    Crédits: Anoush Abrar

«Si votre outil passe avec un sénior, il passera avec tout le monde». C’est le motto de Nicolas Henchoz, directeur et fondateur de l’EPFL+ECAL Lab.Les séniors, un public étudié de très près dans ce laboratoire interdisciplinaire, leader dans l’étude du passage d’une innovation à son utilisation – donc son adoption par le plus grand nombre.

Lire aussi: "Nous avons une vocation expérimentale"- Nicolas Henchoz, EPFL+ECAL LAB

Les ‘séniors’, pour Nicolas Henchoz regroupe peu ou prou toutes les personnes arrivées à la retraite et accédant, par la même, à une nouvelle phase de vie. Pourquoi un focus particulier sur les soixante ans et plus ? «C’est un segment totalement ignoré par les entreprises. Actuellement, les produits qui leurs sont destinés sont conçus comme s’ils étaient invalides…or ce n’est majoritairement pas le cas !», s’indigne Nicolas Henchoz.

Les premiers punks

Par ailleurs, cette population est extrêmement diverse: «parmi eux, il y a les premiers punks, mais aussi des babas-cools !», mais aussi exigeante: «ils ne se laissent pas influencer par le marketing, et ne se privent pas de dire ce qu’ils pensent. Avec eux, on apprend énormément».

Lire aussi: L'EPFL + ECAL explore les technologies émergentes

Et comme à son habitude, le fondateur de l’EPFL+ECAL Lab a travaillé sur un temps long, le seul, à ses yeux, capable de permettre un vrai travail interdisciplinaire et de donner naissance à des innovation «durables». Le projet a été entamé il y a cinq ans, en collaboration avec le Royal College of Arts (Londres), et son centre de design inclusif. Il s’est intensifié depuis 2015, date d’un partenariat avec Pro Senectute. La commande de départ a consisté à réfléchir à un outil pour organiser des activités au sein d’une communauté. Alors que certains services digitaux développent «du numérique pour le numérique», le projet Réseaux solidaires a été de créer une application permettant de multiplier les échanges dans la vie réelle, organiser facilement des rencontres, pour éviter la solitude –qui peut favoriser l’affaiblissement du système immunitaire et la dépression-.

Les usages varient selon la phase de vie

Parmi les retours très concrets obtenus: les séniors n’aiment pas perdre leur temps, ou organiser une soirée pour se retrouver avec trois convives au lieu de douze. Ainsi, la confirmation d’un événement exige chez eux plus qu’un clic sur ‘intéressé’, comme c’est le cas sur Facebook, par exemple. La notion de sécurité leur est essentielle: l’outil rappelle à chaque étape à qui seront envoyées les données transmises, évitant ainsi les paramétrages compliqués.

Les leçons tirées sont nombreuses, que cela concerne le wording utilisé, la simplicité d’utilisation, l’ergonomie. Mais si il fallait en retenir une, ce serait celle-ci : «Nous avons découvert que les outils numériques sont utilisés différemment en fonction de la phase de vie dans laquelle on se trouve. Il n’y a donc pas une ‘génération X’ qui a un rapport particulier au numérique, mais des besoins différents selon l’étape de l’existence dans laquelle on se trouve», insiste Nicolas Henchoz. Un paradigme qui devrait pouvoir servir au développement de nombreux autres outils, y compris pour les plus jeunes.

Nominé pour le prochain Prix suisse du design, l’outil devrait être opérationnel dès fin 2017 et pourrait être étendu à un large public courant 2018.

Les 10 ans de l'EPFL+ECAL Lab

Fondé en 2007, l’EPFL+ECAL Lab est un parmi les leader mondiaux sur la manière de passer de l'innovation a l’utilisation d’un produit. Entité de l’EPFL hébergée au sein de l’Ecal, à Renens, son partenaire fondateur, cet institut regroupe une vingtaine de professionnels, dont l’objectif est d’étudier les nouvelles technologies et de comprendre leur impact sur les utilisateurs. Dès l’origine d’un projet, la question de ses droits est discutée avec les entreprises concernées, pour permettre le financement de la recherche mais aussi son exploitation commerciale rapide, dans un secteur extrêmement concurrentiel. En dix ans, plus d’une trentaine d’expositions ont eu lieu et voyagé dans le monde entier, notamment Harvard. De nombreux brevets et modèles ont été déposées.

Récemment, outre la collaboration avec le Montreux Jazz pour la numérisation et la consultation de près de 5000 heures de concerts, un projet a également été développé avec Vacheron Constantin pour permettre de revisiter l’histoire de cette maison horlogère qui n’a jamais cessé son activité depuis 1755. Il y a trois ans, l’EPFL+ECAL Laba intégré la dimension psychologique dans ses études, pour mesurer l’impact émotionnel d’une innovation. Il a notamment lancé en 2015 le premier cursus mêlant recherche et design, qui permet, en deux ans, de développer des projets de design adossés à des travaux académiques solides.  Trois étudiants sont sélectionnés chaque année, pour un total de 80 dossiers.

Lire aussi: Tutti quanti

Camille Andres

JOURNALISTE

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."