Bilan

Quel futur pour les métiers de la santé?

La digitalisation bouscule le travail des soignants. Réunis lors d’une conférence organisée fin octobre par BioAlps, professionnels, ingénieurs et enseignants ont évoqué quelques pistes pour l’avenir.

Présentation d’un outil de réalité virtuelle qui simule le découpage d’un cerveau humain.

Crédits: Raphaël Delessert/CimArk

Le système de santé est confronté aussi bien à des changements démographiques – avec le vieillissement de la population – que technologiques. La réalité virtuelle a notamment été citée en exemple, avec démonstration à l’appui, lors de la conférence BioAlps Networking Day organisée fin octobre à Monthey. Elle permet, par exemple, aux infirmiers en formation de s’exercer à réaliser des transfusions sanguines sur des patients virtuels. Stéphane Pagès, coordinateur scientifique au Wyss Center for Bio and Neuroengineering, a présenté un outil permettant d’explorer et de découper virtuellement le cerveau humain. «La réalité virtuelle pourra être utilisée aussi bien pour la formation des étudiants que pour simuler des opérations ou traiter des patients atteints de douleurs aiguës, de phobies ou d’anxiété, a-t-il noté. Cette technologie a déjà fait son entrée dans près de 250 hôpitaux aux Etats-Unis, mais aussi aux HUG notamment.»

La robotique se développe aussi à toute vitesse. Elle accompagne les chirurgiens dans leurs opérations, mais aussi les patients, en matière de réhabilitation. L’intelligence artificielle ne peut plus être mise de côté. L’ordinateur Watson d’IBM permet, par exemple, d’établir des diagnostics médicaux (fiables à plus de 90% pour la détection du cancer du poumon), et propose des conseils sur les traitements adéquats en fonction du profil du patient. Enfin, la recherche épidémiologique est bouleversée par le big data.

Patients surinformés

Désormais, infirmiers et médecins doivent travailler en étroite collaboration avec le monde de l’ingénierie. «Les médecins avec des compétences numériques remplaceront ceux qui ne les possèdent pas», a lancé Marcel Salathé, directeur académique de l’EPFL Extension School.

«La santé sera certes numérique. S’il faut davantage de synergies entre les technologies et les soignants, l’urgence est toutefois ailleurs. Les infirmiers doivent être suffisamment autonomes pour accompagner les patients porteurs de pathologies chroniques qui restent à la maison», a rappelé, pour sa part, Dominique Truchot-Cardot, vice-doyenne de l’innovation à la Haute Ecole de la santé La Source.

Médecins et infirmiers sont aussi confrontés à des malades toujours mieux informés. La crédibilité médicale est un vrai enjeu, sachant que 50% des patients vont sur internet avant et après une consultation chez le médecin.

«Il faut accompagner l’accès à la connaissance. Les professionnels de la santé doivent pouvoir recommander des sources d’information ou des applications fiables», a noté Antoine Geissbuhler, vice-recteur à l’Université de Genève et médecin-chef de service aux Hôpitaux universitaires de Genève.

Si les métiers se décloisonnent de plus en plus, les murs doivent aussi tomber au niveau de la formation. «On demande à nos étudiants d’être «plug and play». Toutefois, c’est inimaginable de les préparer sans une collaboration étroite avec l’industrie. Nous devons travailler ensemble pour être au plus proche de vos besoins», a rappelé Jocelyne Majo, professeure associée à la HEIG-VD. «La technologie évolue plus vite que la formation, a ajouté Sabrina Cohen-Dumani, présidente de la Fondation Nomads. Nous devons identifier assez tôt l’obsolescence des compétences pour faire évoluer les métiers.»

Bloch Ghislaine NB
Ghislaine Bloch

Journaliste

Lui écrire

Ghislaine Bloch a découvert le monde de la vidéo et du reportage dès son adolescence. Après l'obtention d'un master à la Faculté des Hautes Etudes Commerciales de l'Université de Lausanne, elle démarre sa carrière à L'Agefi où elle effectue son stage de journaliste. Puis elle rejoint le quotidien Le Temps en 2004 où elle se spécialise dans les sujets liés aux start-up, à l'innovation, aux PME et à la technologie. Des thématiques qu'elle continue de traiter chez Bilan depuis 2019.

Du même auteur:

ADC Therapeutics va entrer en Bourse
Andrea Pfeifer: AC Immune «mise surtout sur la prévention face à Alzheimer»

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."