Bilan

Qualcomm teste la recharge sans contact pour voiture électrique

Des essais sont menés à Londres par Qualcomm et Renault sur un dispositif qui permet de charger les batteries de voitures électriques sans contact. A terme, le dispositif permettrait une autonomie illimitée.
  • Des essais ont été menés à Londres avec différents véhicules tests sur des places de parc équipées de dispositifs de recharge sans contact Qualcomm Halo.

    Crédits: Image: Qualcomm
  • L'automobiliste n'a plus à brancher sa batterie sur le secteur ou sur un chargeur, mais juste à se garer au-dessus d'une plaque de charge.

    Crédits: Image: Qualcomm
  • Pendant que la voiture est stationnée, le chargement sans fil par induction se réalise et les batteries du véhicule retrouvent leur autonomie maximale.

    Crédits: Image: Qualcomm
  • A terme, l'objectif de Qualcomm est de voir des routes équipées du dispositif de recharge sans contact, ce qui conférerait aux automobiles électriques une autonomie illimitée sur ces tronçons.

    Crédits: Image: Qualcomm

L'autonomie est le principal écueil que doivent résoudre les constructeurs d'automobiles électriques. A l'exception de Tesla, dont le Model S offre 500km d'autonomie, la plupart des modèles 100% électriques permettent de parcourir 120 à 200km avec une recharge. Loin des performances des véhicules à moteur traditionnel qui multiplient cette performance par cinq en moyenne. Pour résoudre ce problème et lever les derniers freins au boom des ventes électriques, diverses solutions sont étudiées. En plus de ses modèles automobiles, Tesla a ainsi développé des superchargeurs, capables de recharger les batteries en 30 minutes au lieu de plusieurs heures.

Pour d'autres firmes, il faut voir au-delà. C'est ainsi que la société américaine Qualcomm, spécialisée dans les technologies 3G et terminaux de téléphones mobiles, a développé une stratégie en deux temps. Première étape: simplifier la recharge des batteries automobiles en éliminant le branchement. A l'instar des technologies qui apparaissent pour les téléphones mobiles, la recharge sans contact épargne à l'utilisateur le branchement d'un câble sur la batterie. Mais à terme, au prix d'investissements conséquents, les véhicules électriques pourraient y gagner une autonomie illimitée sur des routes équipées de chargeurs dans la chaussée.

Dans un premier temps, Qualcomm a donc mené des essais dans un parc de stationnement à Londres: les places de parc ont été équipées de dispositifs de recharge par induction Halo, sous la forme de plaques carrées de 40cm de côté. Il suffit à l'automobiliste dont le véhicule est équipé avec une technologie similaire de venir se parquer sur la place et la batterie de son auto se recharge sans qu'il n'ait à brancher aucun câble.

Dans un futur proche, des entreprises ayant un parc de véhicules électriques ou des sociétés de gestion de parkings, voire des supermarchés, pourraient équiper certains secteurs de stationnement de ces dispositifs. Ainsi, les batteries se chargeraient sans même que l'utilisateur n'ait la moindre démarche à effectuer avant de monter dans sa voiture ou après l'avoir parquée.

Mais cette technique qui libère le processus de recharge de ses câbles permet déjà d'entrevoir une étape plus lointaine. Qualcomm envisage déjà d'équiper des routes entières de chargeurs Halo. Les voitures électriques pourraient ainsi se recharger tout en roulant. En plus du confort d'utilisation pour l'automobiliste à qui le branchement serait épargné, cette solution permettrait également de réduire le volume des batteries et donc la place qu'elles occupent dans les véhicules (autre écueil important pour les utilisateurs actuels de voitures électriques).

 

Cependant, avant d'arriver au déploiement de tels dispositifs sur des routes à grande échelle, plusieurs barrières devront être franchies: des freins économiques, car l'investissement devrait être extrêmement conséquent, mais aussi des écueils normatifs. «Le déploiement de la technologie de recharge sans fil par induction exige qu’il y ait compatibilité entre les voitures et les installations de recharge, avec des normes communes européennes, voir, comme nous l’espérons, mondiales», précise Jacques Hébrard, directeur des Projets avancés Energie & environnement chez Renault, qui a mené les tests à Londres avec Qualcomm.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."