Bilan

Productions transmédias: la Suisse se réveille enfin

Le domaine culturel accuse un retard technologique. Un programme a été lancé afin de soutenir les projets déclinés sur plusieurs supports.
  • Crédits: Dr
  • Jeff Gomez, producteur transmédia pour le film «Avatar». Crédits: Dr

Pirates des Caraïbes, Avatar, ou encore Minority Report... Autant de productions emblématiques de l’art transmédia.

Ou comment raconter des histoires de différentes manière et sur plusieurs supports (films, bandes dessinées, jeux vidéo…). Fin septembre, les pointures internationales de ce type de production s’étaient donné rendez-vous à l’ECAL. Durant trois jours de conférences et de laboratoires, elles ont offert leur expertise à des entreprises pour les orienter dans le développement de leurs projets.

Organisé par X Media Lab – Think-Tank et Workshop International basé en Australie – l’événement représentait une occasion rare d’engager la réflexion sur cette technique de récits très en vogue auprès des grosses industries de la culture numérique, du cinéma, des médias et du divertissement. 

Partenaires du projet, l’Office fédéral de la culture et la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia ont profité de l’occasion pour lancer un nouveau programme appelé «Call for Transmedia Projects». Il entend aider – par son soutien financier et des ateliers – des projets de création qui utilisent plusieurs supports pour développer un univers fictionnel ou documentaire.

Jeff Gomez, PDG de Starlight Runner Entertainment et producteur transmédia pour Avatar, Men in Black ou encore Transformers, se réjouit de cette nouvelle: «Je suis très content que la Suisse se réveille et prenne enfin conscience de la vitalité de la technique transmédia.» 

Les Helvètes seraient néanmoins en retard en matière de nouvelles technologies, surtout dans le domaine de la culture. «La Suisse dispose d’une infra-structure technologique robuste mais n’a pas pris un rôle de leader dans l’espace interactif international, rappelle Jeff Gomez. Si le pays ne prend pas part à ce mouvement mondial, il va être laissé de côté, ce qui pourrait avoir des conséquences économiques désastreuses.»

Il conclut cependant avec une note positive: «L’annonce d’un nouveau financement gouvernemental pour les projets multi plates-formes est très encourageant. Je suis persuadé que la Suisse est une nation de grands storytellers qui attendent leur moment pour briller.» 

Leila Ueberschlag

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."