Bilan

Première étape vers la moto volante avec un drone

Une startup américaine a mis au point un drone devant servir de prototype pour le développement d'une moto volante. Le Hoverbike pourrait voir le jour avant 2020.
  • Les premiers essais (menés avec des sangles pour plus de prudence) d'un modèle grandeur nature ont été menés récemment.

    Crédits: Image: Hoverbike
  • Les concepteurs annoncent des essais d'un modèle de Hoverbike grandeur nature et sans sangle dans les mois à venir.

    Crédits: Image: Malloy Aeronautics
  • Le Hoverbike aurait la taille d'une moto, mais avec des hélices à l'avant et à l'arrière du fauteuil du pilote.

    Crédits: Image: Malloy Aeronautics
  • Le modèle à deux hélices ou bicoptère n'offrirait pas, à ce stade des recherches, toutes les garanties de stabilité, ce qui pousse les développeurs à privilégier désormais la voie d'un modèle à quatre hélices ou quadriptère.

    Crédits: Image: Malloy Aeronautics
  • L'objectif est de concilier les caractéristiques de la moto et de l'hélicoptère.

    Crédits: Image: Malloy Aeronautics

Chevaucher une moto qui ne toucherait pas le sol et volerait sur tout son parcours: l'idée semble tout droit sortie de la science-fiction. Pour beaucoup d'amateurs de cinéma, cela renvoie immédiatement aux courses poursuites sur la planète Endor dans la saga Star Wars épisode VI, le Retour du Jedi.

Depuis plus de trente ans, les fans rêvent de pouvoir vivre cette scène. Plusieurs expériences ont déjà été tentées par des inventeurs et des ingénieurs pour arriver à une moto volante. Ainsi, en 2012, Mark De Roche et sa startup Aeroflex mettaient en ligne une vidéo d'un prototype testé dans l'Ouest américain.

Cependant, Aeroflex n'envisageait pas de commercialiser une moto volante grand public mais affirmait se baser sur ces recherches et essais pour mettre au point des drones. C'est une démarche exactement inverse qui est menée par Malloy Aeronautics, les porteurs britanniques du projet Hoverbike sur Kickstarter: leur but, comme ils l'affirment sur leur site internet, est clairement de mettre au point une moto volante «combinant la liberté de l'hélicoptère et la simplicité de la moto», mais ils passent par une première étape consistant à développer un drone. Sur la base de cet aéronef sans pilote, ils devraient pousser plus avant leurs recherches et proposer une moto volante grand public.

Le principe est le même que celui développé par Aeroflex: des hélices placées horizontalement (à la manière des hélicoptères) permettent à l'appareil de décoller du sol, le pilote se positionnant au centre de l'aéronef, entre les hélices avant et arrière (deux ou quatre). Toutefois, si le modèle réduit à quatre hélices fait preuve d'une maniabilité et d'une stabilité impressionnantes, le drone à deux hélices reste assez difficile à piloter. C'est pourquoi cette version bicoptère est pour le moment abandonnée au profit d'une version à quatre hélices: «En l'état actuel des technologies, nous ne pouvons pas mettre au point un design de type "bicoptère" qui soit assez bon marché pour être mis sur le marché», reconnaissent-ils sur leur site.

Des essais grandeur nature

Avant d'aboutir à une version utilisable par l'être humain comme moyen de transport, plusieurs versions drones ont donc été conçues. Celles-ci peuvent remplir diverses missions (surveillance, livraisons) et ce sont elles qui seront, dans un premier temps, commercialisées. Même si l'objectif reste la mise au point de la «motocoptère» ou «Hoverbike». Le «Drone 3», à l'échelle 1/3 par rapport à la version finale, et qui sera remis aux plus gros contributeurs sur Kickstarter, peut d'ores et déjà transporter des charges de 4,8kg avec une stabilité remarquable.

Aucune vidéo n'est présentée pour étayer les essais d'un modèle grandeur nature du Hoverbike, mais une série de photos laisse penser que le prototype dispose d'une puissance suffisante pour soulever un être humain installé sur la moto volante. Réalisés avec des sangles pour éviter un accident, ces essais devraient être poursuivis prochainement: «Nous en sommes aux dernières étapes de la mise au point de cette dernière version du prototype, et dans quelques mois, nous pourrons effectuer les premiers tests en vol», assurent les responsables du projet.

En attendant, le projet a séduit les internautes: l'objectif crowdfunding de 30'000£ a été quasiment doublé au final avec pas loin de 60'000£ réunis par moins de 400 participants. De quoi encourager les développeurs à aller plus loin. Restera alors l'écueil juridique: aucune législation ne prévoit actuellement la circulation de tels aéronefs...

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."